Topic outline

  • Compétence clé:

    Communiquer oralement et par écrit dans les situations en rapport

    avec le pays natal.

    1.1 Mon pays natal

    K

    Mon pays natal, le Rwanda, est un petit pays qui se trouve en

    Afrique Centrale. Il est entouré par l’Uganda au Nord, la Tanzanie à

    l’Est, le Burundi au Sud et la République Démocratique du Congo

    (RDC) à l’Ouest. Il est aussi appelé le "Pays des Mille Collines" car

    il a d’innombrables collines qui le rendent beau et attrayant. Le

    Rwanda bénéficie d’innombrables attraits: ses collines, ses zones de

    forêts vierges exceptionnellement conservées et ses lacs étincelant

    sous le soleil. Sa capitale Kigali est l’une des villes les plus propres

    du monde.

    Notre pays est formé de hauts plateaux situés sur la ligne de partage

    des eaux des bassins du Nil et du Congo. À l’Ouest, il dispose d’un

    massif montagneux, d’une altitude moyenne de deux mille sept

    cent quarante mètres (2 740m). Ces montagnes se prolongent

    au Nord par la chaîne volcanique dont le point culminant est le

    volcan Karisimbi avec quatre mille cinq cent sept mètres (4 507

    m) d'altitude.

    À l’Est, en direction de la frontière tanzanienne, savanes, lacs et

    marais se succèdent le long de la rivière Akagera, qui est la plus

    importante des sources du Nil. L’Est du Rwanda est plus plat; c’est

    la région des savanes arborescentes et des lacs peu profonds. Le

    Rwanda possède 28 lacs importants aux eaux claires et limpides.

    Les plus grand sont le Lac Kivu à l’Ouest sur la frontière avec la

    République Démocratique du Congo, le Lac Muhazi au Nord-Est, le

    Lac Rweru au Sud-Est, le Lac Cyohoha au Sud, le Lac Ihema dans

    le Parc National d’Akagera, les Lacs Ruhondo et Burera au nord.

    Les rivières principales sont: Akagera, Nyabarongo, Akanyaru,

    Mukungwa et, Rusizi.

    Trois parcs nationaux à savoir: le Parc de l’Akagera, le Parc de

    Nyungwe et le Parc des Volcans font du Rwanda un pays qui

    attire beaucoup de touristes. Ces parcs jouent un rôle écologique

    important pour la région.

    Au Rwanda, il ne fait ni très chaud ni très froid. Son climat est

    essentiellement tempéré. On distingue deux saisons sèches, l’une

    courte en janvier, l’autre s’étalant de juin à septembre.

    J

    En ce qui concerne la population et la culture, le Rwanda est un

    pays très peuplé. Les habitants du Rwanda sont toujours prêts

    à bien accueillir leurs visiteurs, sourire aux lèvres et bras grands

    ouverts. Le kinyarwanda constitue la base de l’unité des Rwandais

    car il est parlé sur toute l’étendue du pays.

    La musique et la danse jouent un rôle très important dans la

    culture de tous les Rwandais. Ils chantent et dansent pour célébrer

    la bravoure et l’excellence, ou pour commémorer un événement

    historique important. Le peuple rwandais possède une variété de

    musique et de danses. Les danses sont souvent accompagnées par

    le tambour. Une grande variété d’objets artisanaux traditionnels est

    produite au Rwanda. Ce sont des poteries, des paniers tressés, des

    sculptures en bois et des peintures traditionnelles.

    I. Lecture et explication du texte

    1. Observe les illustrations de ce texte, lis le titre et donne leur

    signification.

    2. Lis silencieusement ce texte en notant sur une feuille les

    mots nouveaux.

    3. Cherche le sens des mots qui suivent:

    (a) innombrables

    (b) attrayant

    (c) un plateaux

    (d) un massif montagneux

    (e) la chaîne volcanique

    (f) le point culminant

    (g) un climat tempéré

    (h) limpide

    Activité 1:

    L

    Activité 2:

    Utilise ces mots dans des phrases simples.

    1. attrayant

    2. des plateaux

    3. massif

    4. montagneux

    5. la chaîne volcanique

    6. le point culminant

    7. un marais

    Activité 3:

    a) Relève dans le texte deux adjectifs qui qualifient les eaux

    des lacs du Rwanda.

    b) Relie chaque élément de la colonne “A” avec sa description

    dans la colonne “B”.

    L;

    II. Lecture et compréhension du texte

    Lis ce texte et puis réponds aux questions suivantes:

    1. Pourquoi le Rwanda est-il aussi appelé “Pays des Mille

    Collines”?

    2. Décris le relief du Rwanda: à l’Ouest, au centre et à l’Est.

    3. Comment les parcs nationaux remplissent-ils une fonction

    écologique importante?

    4. Dis ce qui accompagne les danses et les chants traditionnels

    des Rwandais.

    5. En quoi consiste la production artisanale des Rwandais?

    6. Comment le kinyarwanda constitue-t-il une base de l’unité

    des Rwandais?

    Activités d’application

    1. Expression orale:

    (a) Raconte brièvement ce qui est dit dans le texte.

    (b) Sujet de discussion et débat en classe:

    La population du Rwanda augmente constamment et la terre

    pour cultiver devient rare. Penses-tu qu’il faudra un jour détruire

    les parcs pour en faire des champs à cultiver?

    2. Expression écrite:

    (a) Travail de recherche et de composition.

    Sur deux pages maximum, décris une région du Rwanda

    que tu connais le mieux: ton district, ton secteur, etc.

    (b) Auto-dictée:

    Lis attentivement cette phrase, ferme le livre, écris-la dans ton

    cahier et vérifie ta réponse:

    Le Rwanda bénéficie d’innombrables attraits: il est beau par

    ses collines, par ses zones de forêts vierges exceptionnellement

    conservées, ses lacs étincelant sous le soleil, et sa capitale Kigali

    qui est l’une des capitales les plus propres du monde.

    III. Lecture d'entraînement

    A. Lecture expressive du texte.

    Lis le texte à haute voix.

    Phonetique et phonologie:

    Activité 1:

    Articule correctement les expressions nouvelles en respectant

    l’intonation:

    A. Lis ces mots ou groupes de mots à haute voix.

    (a) le point culminant

    (b) attrayant

    (c) des savanes arborescentes

    B. Même activité (changement de rôles)

    (a) marécageux

    (b) un massif montagneux

    (c) d’innombrables attraits

    (d) des lacs étincelant sous le soleil

    Activité 2:

    Devoir: auto-entraînement à la lecure et à la prononciation du

    français:

    Trouve un lieu calme, dans la cour, dans la nature ou dans ta

    chambre, fais la lecture de tout ce texte “Mon pays natal”, à haute

    voix. Si tu peux trouver un téléphone équipé d’un dictaphone, ou

    une radio cassette, enregistre-toi et réécoute ton enregistrement

    IV. Exploitation lexicale

    A. Lexique relatif au relief d’un pays:

    1. Cherche dans le dictionnaire le sens des mots suivants et

    puis utilise-les dans de phases simples: le climat, le relief,

    le paysage, la plaine, la vallée, la colline, la montagne,

    le sommet, le volcan, la rivière, le lac, le fleuve, la mer,

    un océan, une plage, la vue, un panorama, l’horizon,

    cascade, le versant, une chute, une forêt, un arbre, une

    fleur, surplomber, population, …

    2. Cherche dans le dictionnaire le sens des adjectifs suivants

    et puis utilise-les dans de phases simples: raide, escarpé,

    montagneux, plat, enclavé, surpeuplé,….

    Les déterminants numéraux cardinaux

    À la découverte des déterminants numéraux cardinaux

    Lis le texte “Mon pays natal” en relevant les chiffres qu'il contient

    et puis réponds aux questions suivantes:

    (a) Queles sont les chiffres trouvés dans le texte?

    (b) À quoi servent ces chiffres dans ces phrases?

    (c) Qu’est-ce qu’un déterminant numéral?

    Je retiens que:

    1. Les déterminants numéraux sont des mots qui servent à

    former les nombres et les chiffres, à compter, à classer ou

    à mesurer.

    2. Pour définir un nombre précis d’êtres ou de choses, on se

    sert de déterminants numéraux cardinaux.

    3. Le déterminant numéral cardinal sert à définir un nombre

    de personnes, d’animaux, de choses ou d’idées. Il indique

    la quantité.

    L’accord des déterminants numéraux cardinaux

    À la découverte de l’accord des déterminants numéraux cardinaux

    Activité 1:

    Complète le tableau suivant en écrivant des chiffres en lettres

    K

    Activité 2:

    Lis attentivement les nombres cardinaux en lettres et dis ce

    que tu constates, au niveau de leurs accords

    (a) À l’Ouest, il dispose d’un massif montagneux, d’une

    altitude moyenne de deux mille sept cents quarante

    mètres.

    (b) Le point culminant est le volcan Karisimbi avec quatre

    mille cinq cent sept mètres de hauteur.

    (c) Le plateau central, d’une altitude moyenne de mille sept

    cents mètres.

    (d) Il y a quatre-vingts élèves dans les deux classes.

    Qu’est-ce vous constatez sur l’accord des déterminants

    numéraux cardinaux?

    Règle générale sur l’accord des adjectifs numéraux

    cardinaux

    Je retiens que:

    1. En général, les adjectifs numéraux cardinaux sont

    invariables.

    Exemple:

    • Ces quinze cahiers sont à moi.

    • Vingt élèves ont passé avec succès.

    Ce livre compte cent cinquante pages.

    • Quatre pays entourent le Rwanda.

    • Sept jours de la semaine.

    • Quarante-huit collines.

    • Quatre-vingt-dix-neuf jours.

    Exceptions:

    “Vingt” et “cent” prennent un -s quand ils sont multipliés par un

    nombre et qu’ils ne sont pas immédiatement suivis d’un autre

    nombre

    L

     L.

    La prononciation des nombres

    L;

    Activité 1:

    Choisis la bonne réponse parmi ceux qui sont indiquées entre

    parenthèses:

    1. Ma grand-mère a eu (quatre-vingts/quatre-vingt) ans hier.

    2. Ce livre a deux cent/cents pages.

    3. Ma fille ainée est née il y a (vingt/vingts) ans.

    4. Deux (cent quatres/ cent quatre)

    5. Il y a quarante et une chaises dans notre classe.

    6. N’oubliez pas que vous me devez (trois mille un franc/ trois

    mille et un franc)

    7. Ce cahier m’a couté (trois cent-vingts / trois cent vingt).

    8. Deux millions quatre cent vingt et uns/ Deux millions quatre

    cent vingt et un francs.

    9. Ouvrez votre livre de grammaire à la page (quatre-vingt/

    quatre vingt).

    10. Mon champ de maïs mesure deux mille quatre vingt/ deux

    mille quatre-vingt mètres carrés.

    Activité 2:

    Recopie ces phrases en écrivant les chiffres en lettres

    1. Il fait chaud! Ouvrez ces 4 fenêtres de la classe.

    2. Je suis parmi les 16 joueurs de notre équipe.

    3. As-tu résolu toutes les 8 questions du devoir ?

    4. Donne-moi les 300 francs que je t’ai prêtés hier.

    5. Les 400 arbres que nous avons plantés ont tous poussé.

    6. Regardez à la page 200 et décrivez l’image que vous voyez.

    Devoir dirigé

    Lis ce texte et ećris les determinants numéraux en toutes lettres

    Karangwa est un agri-éleveur exemplaire

    ,

    K

    1.2 Dépliant touristique: Bienvenue au

    Rwanda!

    ;

    LK

    K

    K

    Jour 8: Après un petit déjeuner très matinal, départ vers le parc

    pour la visite aux gorilles.

    L

    L

    Prenez une pirogue traditionnelle et visitez une île, où vous

    profitez du paysage à couper le souffle.

    L’après-midi, descente vers Huye. Après le repas de midi à

    Huye, visite au mémorial de Murambi, puis départ en direction

    de Nyungwe pour la nuit au Guest House de Gisakura.

    L

    L;

    Lecture et explication du texte:

    Activité 1:

    1. Observe bien les illustrations de ce texte, lis le titre et

    imagine de quoi ils parlent.

    Activité 2:

    2. Lis silencieusement ce texte en notant sur une feuille de

    papier les mots nouveaux.

    Activité 3:

    3. Essaye de trouver le sens des mots ou expressions suivantes.

    (a) La faune

    (b) La flore

    (c) Une ville balnéaire

    II. Compréhension du texte:

    Activité 4:

    As-tu bien compris le texte? Alors réponds aux questions

    suivantes:

    1. Qu’est-ce qu’on peut voir dans le parc de l'Akagera?

    2. Qu’est-ce qu’on peut voir dans le parc de Nyungwe?

    3. Quelle est la fonction principale du Parc des Volcans?

    4. Pourquoi les villes de Karongi et Rubavu sont-elles très

    intéressantes?

    5. Qu’est-ce qui t’a intéressé le plus parmi ces sites touristiques

    mentionnés dans le texte?

    6. À quoi sert un dépliant touristique?

    III. Expression orale:

    Activité 5:

    1. Lis ce dépliant touristique et donne ton point de vue sur

    les différents sites touristiques relatés. Qu’est-ce qui t’a

    intéressé le plus? Y-a-il des exagérations?

    2. Y-a-il d’autres sites touristiques que tu connais?

    IV. Expression écrite:

    Rédige un dépliant touristique en proposant un autre itinéraire

    touristique que l’on peut suivre et d’autres sites touristiques du

    Rwanda que l’on peut visiter.

    1.3 La conjugaison du verbe "naître"

    À la découverte de la conjugaison du verbe “naître”:

    Activité 1:

    Pour la découverte du verbe “naître”.

    Lis en observant cette carte de voeux de naissance et puis

    réponds aux questions qui suivent.

    l

    Activité 2:

    Pour la découverte des formes de conjugaison du verbe “naître”

    Lis ces proverbes et explique-les en tes propres termes.

    Proverbes et dictons sur le verbe “naître”:

    l

    Activité 3:

    Trouve le sens de ces mots rencontrés dans ces proverbes et

    utilise chacun dans une phrase simple..

    Plaire, vertueux, maître, profession, régir, l’univers, innocent,

    fatiguer, gratter, vieillir, mouiller, sécher, conseil, l’égalité, mieux,

    vaut (valoir), se faire désirer, la nausée, faire naître la nausée,

    enceinte, nul.

    Activité 4:

    (a) Dis à quels modes et temps sont conjuguées les

    différentes formes du verbe “naître” dans les proverbes 1,

    2, 3, 4, et 15 ci-haut.

    (b) Quel est l’auxiliaire du verbe naître?

    Je retiens que:

    1. Le verbe “naître” signifie:

    (a) Commencer à vivre, venir au monde.

    (b) Tirer son origine, avoir pour commencement.

    2. Le verbe “naître” se conjugue avec l’auxiliaire “être”.

    3. Le verbe “naître” est du troisième groupe.

    Voici le tableau de conjugaison du verbe “naître”: lis-le, interprète

    les différentes formes que prend le verbe “naître” et retiens-les

    au fur et à mesure (Notez que le participe passé du verbe naître,

    s'accorde avec le sujet. C'est-à-dire que si le sujet est au genre

    féminin, on ajoute "e" au singulier ou "es" au pluriel)

    l

    l

    l

    Activités d’application

    Activité 1:

    h

    Activité 2:

    p

    l

     1.4 La conjugaison du verbe “vivre”

    À la découverte des formes du verbe “vivre”

    Chansons: On ne vit pas sans se dire adieu

    On ne vit pas sans se dire adieu

    On ne vit pas sans mourir un peu

    Sans abandonner pour aller plus loin

    Sur son chemin quelque chose ou quelqu’un

    Je suis venu pour te dire adieu

    Un souvenir, meurt toujours un peu

    J’ai voulu savoir, ce qu’il m’est resté

    Du seul amour, qui ait pu compter

    Je suis venu pour te dire adieu

    Ou si tu veux, adieu à nous deux

    Comme le jour, où tu m’as fait pleurer

    En me disant adieu à jamais

    Oh ce n’était pas ta faute, je le sais

    Je sais tout ce qu’il allait se passer, allez

    Ton père et tout ce qu’il a pu te dire

    Tes études à finir, ton service, ton avenir

    Et puis cette fille n’est pas pour toi

    Aujourd’hui tu es une autre

    Tout est qui finit bien, quand

    Mais qu’est-ce que j’ai pu t’aimer toi

    J’avais seize ans, seize ans

    On ne vit pas sans se dire adieu

    On ne vit pas sans mourir un peu

    J’ai voulu arrêter le temps

    Le temps de dire, adieu mes seize ans

    J’ai voulu dire, adieu mes seize ans

    Avant d’aller, vers ce qui m’attend

    Mireille Mathieu

    l

    Mireille Mathieu (https://www.paroles.net/mireille-mathieu/paroles-on-ne-vitpas-

    sans-se-dire-adieu)

    Vie de la compositrice:

    Mireille Mathieu, née le 22 juillet 1946 à Avignon (en France),

    est une chanteuse de variétés françaises.

    I. Lecture et explication de la chanson:

    1. Lis silencieusement cette chanson en notant sur une

    feuille les mots nouveaux.

    2. Trouve le sens des mots ou expressions suivantes:

    (a) se dire adieu.

    (b) J’ai voulu arrêter le temps.

    (c) aller vers ce qui m’attend.

    3. Quelles sont les significations du verbe “vivre”.

    (a) Être en vie, dérouler le cours de la vie.

    (b) Fournir les moyens de se soutenir (ex: vivre de son art).

    (c) Se conduire, se comporter, durer (ex: vivre

    sereinement).

    II. Lecture et compréhension du texte

    Réponds aux questions suivantes en tes propres mots

    1. Qui chante cette chanson: “On ne vit pas sans se dire

    adieu” Est-ce une fille ou un garçon?

    2. Qu’est-ce qu’elle veut faire?

    3. Est-ce pour la première fois qu’ils se disent adieu?

    4. Qui avait dit un premier adieu?

    5. Qui avait déclenché la première séparation?

    6. Le père avait avancé quelle raison pour que le garçon se

    décide à se séparer de sa copine?

    III. Expression orale: débat

    Activité 1:

    Dans cette chanson, le père du garçon lui avait dit de se séparer

    de la fille pour se consacrer à ses études, gagner un service et

    se concentrer sur son avenir. Êtes-vous de son avis, ou bien vous

    croyez que les élèves du secondaire peuvent déjà s’engager en

    amitié entre garçon et fille?

    IV. Chanter la chanson:

    En imitant la chanteuse, retiens la mélodie et exerce-toi à

    chanter la chanson

    V. Exploitation grammaticale: Les formes du verbe

    vivre:

    On ne vit pas sans se dire adieu.

    On ne vit pas sans mourir un peu.

    1. Dis le temps, le mode et la personne des verbes en gras.

    2. Mets-le dans les autres personnes.

    (a) Je vis à Nyamagabe

    (b) Tu ….

    (c) Il/elle…

    (d) Nous…

    (e) Vous ….

    (f) Ils/elles….

    3. Mets ces formes au passé composé.

    4. Mets-les au futur simple.

    Je retiens que:

    Le verbe “vivre” a trois radicaux:

    1. Viv: sur lequel se construisent l’indicatif présent, l’imparfait

    et le subjonctif présent.

    2. Vivr: sur lequel se construisent le futur simple et le

    conditionnel présent.

    3. Vécu: sur lequel se construit le participe passé, le passé

    composé, le passé simple, etc.

    Les verbes qui se conjuguent comme “vivre” sont:

    “revivre” et “survivre”. Le participe passé de “survivre” est

    invariable.

    La conjugaison du verbe “vivre”.

    h

    l


    Activités d’application:

    Activité 2:

    Dis le temps et le mode des verbes en gras:

    1. Vivant tout près de la forêt, il respire de l’air doux.

    2. Vivre en Afrique, est agréable.

    3. Vive la paix dans le monde!

    4. Pour que nous vivions longtemps, nous devons sauvegarder

    la nature.

    5. Luttons contre le génocide pour que chacun vive en paix.

    6. Les plantes, les humains et les animaux vivent en symbiose

    7. Sa grand-mère vit encore.

    8. Nous vivons tous à la campagne.

    9. Son appétit de vivre fait plaisir à voir.

    10. Les habitants vivaient en bonne intelligence avec les

    touristes.

    Activité 3:

    k

    1.5 Conjugaison du verbe “mourir”

    À la découverte du verbe “mourir”

    Poème: Il meurt lentement celui qui....

    Il meurt lentement

    celui qui ne voyage pas,

    celui qui ne lit pas,

    celui qui n’écoute pas de musique,

    celui qui ne sait pas trouver

    grâce à ses yeux.

    Il meurt lentement

    celui qui détruit son amour-propre,

    celui qui ne se laisse jamais aider.

    Il meurt lentement

    celui qui devient esclave de l’habitude

    refaisant tous les jours les mêmes chemins,

    celui qui ne change jamais de repère,

    Ne se risque jamais à changer la couleur

    de ses vêtements

    Ou qui ne parle jamais à un inconnu.

    Il meurt lentement

    celui qui évite la passion

    et son tourbillon d’émotions

    celles qui redonnent la lumière dans les yeux

    et réparent les coeurs blessés.

    Il meurt lentement

    celui qui ne change pas de cap

    lorsqu’il est malheureux

    au travail ou en amour,

    celui qui ne prend pas de risques

    pour réaliser ses rêves,

    celui qui, pas une seule fois dans sa vie,

    n’a fui les conseils sensés.

    Vis maintenant!

    Risque-toi aujourd’hui!

    Agis tout de suite!

    Ne te laisse pas mourir lentement!

    Ne te prive pas d’être heureux!

    Martha Medeiros

    Martha Medeiros, née le 20 août 1961 à Porto Alegre, est une

    journaliste et femme de lettres brésilienne.

    Elle a étudié à l’Université pontificale catholique du Rio

    Grande do Sul, dont elle sort diplômée en 1982.

    Elle travaille d'abord dans la publicité, avant de partir vivre au

    Chili, où elle commence à écrire des poèmes. Elle écrit ensuite

    pour les différents journaux tout en poursuivant sa carrière

    littéraire. Son poème, "Il meurt lentement," a été écrit en

    2000.

    j

    l

    III. Exploitation du poème

    j

    Je retiens que:

    • Le verbe “mourir” se conjugue avec l’auxiliaire “être”.

    • Il a trois radicaux: meur-, mour- et morr

    j

    l

    Activités d’application:

    Activité 1:

    l

    Activité 2:

    k

    1.6 La phonétique: Les “h” muet et “h”

    aspiré:

    À la découverte du “h muet” et du “h aspiré”

    Activité à faire oralement: Lis ce comptine et retiens la prononciation

    des mots commençant par “h”.

    Comptine: Le H

    H comme Heureux et comme Héros.

    H comme Hache, Haricot, Hutte

    H comme Herbe et comme Humide.

    H comme Hasard, Hibou, Hippopotame.

    H comme Histoire et comme Haut.

    H comme Huile, Habits, Hirondelle....

    I. Lecture et explication de la comptine:

    Activité 1:

    k

    l

    II. Lecture et analyse de la comptine

    Activité 1:

    Relève dans ce texte les mots contenant les “h” muet et “h”

    aspiré. Cherche dans le dictionnaire le sens de chaque mot

    nouveau.

    Activité 2:

    Classe ces mots dans deux listes suivantes:

    (a) Les mots dans lesquels le “h” est muet:

    (b) Les mots dans lesquels le “h” est aspiré:

    Questions:

    1. Comment se comporte l’article qui accompagne ces

    différents noms commençant par “h”?

    2. Pourquoi dit-on les (z) horloges mais pas les (z) héros?

    3. Comment distinguer les mots au “h” t de ceux dont le “h”

    est aspiré?

    Je retiens que:

    l

    j

    k

    Activités d’application:

    Activité 1:

    Observe les images et dis le nom de ce que tu voix en utilisant

    un article défini devant ces noms.

    l

    l

    Activité 2:

    Mets l’article “l’” ou bien “le / la” selon que le “h” est muet ou

    aspiré.

    1. Il faut régulièrement tondre ……. herbe du jardin.

    2. C’est facile d’identifier ….. héros d’un roman car c’est le

    personnage le plus important du récit.

    3. Efforce-toi d’arriver à ….. heure au travail chaque jour.

    4. …..hibou est un oiseau qui chasse pendant la nuit.

    5. Je vois que ……. humeur a changé !

    6. …. handicapé a les mêmes droits que les autres personnes.

    7. Je suis tombé, mais heureusement, je ne me suis pas cassé

    …. hanche!

    8. Je dois porter ma montre chez …. horloger pour réparation.

    9. Nous apercevons à …… horizon le soleil levant.

    10. ….. hasard vient en aide aux audacieux.

    11. C’est bon d’utiliser ….. haut-parleur dans une grande

    conférence.

    12. ……. huis clos a été requis pour son différent.

    Activité 3:

    Classe ces mots dans deux colonnes selon que le h est muet ou

    aspiré: herbe, héros, histoire, hauteur, hache, homme, harpe,

    hôtel, haine.

    1.7 Un texte descriptif: La ville de Kigali

    k

    Kigali, la capitale du Rwanda est le centre économique et

    administratif du pays. Elle est construite sur plusieurs collines et

    est entourée par trois hautes montagnes à savoir: Mont Kigali d’où

    elle tire son nom; Mont Jali et Mont Butamwa. Kigali est le centre

    politique, économique et culturel du Rwanda. Elle est connue

    comme une ville qui se distingue par sa propreté et par sa verdure.

    A Kigali, il ne fait ni très chaud ni très froid. Les quartiers de Kigali

    les plus populaires sont le Centre ville, Nyamirambo et Nyabugogo.

    Ce dernier abrite la gare noutière, qui est le carrefour des personnes

    qui entrent dans la ville de Kigali en provenance des différentes

    provinces du pays ou des pays voisins du Rwanda, ou qui sortent

    de la ville vers ces différentes destinations. Au centre-ville on y

    trouve plusieurs maisons en étages qui surplombent la ville tandis

    qu’à l’Est, on y trouve l’Aéroport de Kanombe. J’aime la ville de

    Kigali pour les différents services qu’on y trouve, mais je préfère

    rester à la campagne pendant la nuit parce que je n’aime pas le

    bruit.

    À la découverte d’un texte descriptif:

    Activité 1:

    Lis le texte “La ville de Kigali”, et dis ce que fait l’auteur pour

    nous renseigner sur la capitale du Rwanda.

    • L’auteur commence par la localisation de Kigali.

    • Il utilise des verbes descriptifs.

    • Il utilise des adjectifs qualificatifs.

    • Il nous fait parcourir Kigali: de l’Est à l’Ouest, du Nord

    au Sud.

    • Il parle du relief, du climat, de quartiers, de maisons, de

    routes, de marchés, de la gare routière, de véhicules, et

    de la population.

    Activité 2:

    À partir des analyses faites sur le texte vu, définis un texte

    descriptif.

    Je retiens que:

    Une description est un texte dans lequel l’auteur donne des

    renseignements sur un personnage, un lieu, un animal ou un

    objet.

    Comment rédiger une description?

    • Il faut choisir le sujet à décrire: un lieu, un personnage,

    un animal, un visage, un objet, un paysage, une

    situation...

    • Il faut choisir le vocabulaire à utiliser dans une

    description.

    Le vocabulaire s’organise autour d’un même thème.

    Exemple: Si l’on choisit de décrire la nuit, les termes du champ

    lexical seront: lune, étoiles, voie lactée, sombre, peur, noir,

    cauchemar, rêve, dormir...

    Les outils de la description

    Pour écrire une description, il faut utiliser:

    (a) des mots qui indiquent ce que l’on décrit

    Exemple: ici, là, au bord, à l’arrière...

    (b) l’imparfait car c’est le temps utilisé pour la description

    dans un récit au passé.

    (c) des adjectifs qualificatifs.

    • les adjectifs qualificatifs de couleur (bleu, rose, vert,

    doré...);

    • les adjectifs qualificatifs qui évoquent les formes (grand,

    long, carré, minuscule...);

    • les adjectifs qualificatifs qui évoquent les sensations

    (accueillant, confortable...);

    (d) des verbes qui indiquent: des positions (s’étendre,

    s’étirer, dominer...),

    (e) des comparaisons:

    Exemple: “Le Rwanda est un pays des mille collines”.

    Activité d’application

    Activité 1:

    As-tu bien retenu ce qu’il faut faire pour écrire une description?

    Alors fais cette activité:

    (a) Choisis un lieu: votre école, votre secteur, votre district,

    etc.

    (b) Trouve le vocabulaire appartenant au champ lexical

    de l’espace à utiliser: ici dans notre secteur, à côté, au

    milieu de, entre, tout près de, ......

    (c) Trouve les adjectifs qualificatifs à utiliser: est

    montagneux, plein de route, rural, urbain, ….

    (d) Trouve des verbes qui indiquent des positions: Notre

    secteur est entouré de, il s’étend sur, ..…

    1.8 Le portrait

    À la découverte d’un portrait:

    Activité 2:

    Décris une personne que tu aimes: un/e membre de famille, un

    ami ou une amie.

    Mon amie Uwamahoro

    k

    Mon amie s’appelle Uwamahoro. Elle est joyeuse. Elle a un

    visage très ravissant. Elle a de gros yeux et des pommettes sur

    les joues qui se font plus remarquer quand elle vous sourit.

    Elle est élancée. Elle est en troisième année secondaire. Elle

    aime voyager et faire des promenades. Elle parle le français et

    l’anglais. C’est ma meilleure amie.

    I. Lecture et explication du portrait

    1. Observe bien l'illustration de ce texte, lis le titre et décrit

    la personne que tu vois.

    2. Lis silencieusement ce texte en notant sur une feuille les

    mots nouveaux.

    3. Cherche le sens des mots qui suivent:

    (a) Joyeuse

    (b) Ravissant

    (c) Élancée

    (d) Des pommettes

    (e) Un sourire

    II. Lecture et compréhension du portrait

    1. Qui parle dans ce texte?

    2. Comment est le visage de son amie?

    3. Que remarque-t-on sur ses joues quand elle sourit?

    4. Qu’est-ce que Uwamahoro aime?

    5. Quelles sont les langues que parle Uwamahoro?

    III. Lecture et analyse du portrait

    1. À partir de ce que dit l’auteur, est-ce que tu peux te

    représenter Uwamahoro?

    2. De quoi use l’auteur pour nous renseigner sur elle?

    Je retiens que:

    Le portrait est une description physique et morale d’un

    personnage.

    Pour faire le portrait physique d’une personne il faut parler de:

    1. Son aspect général: On évoque l’âge de la personne

    (adolescent, jeune, vieux...) puis la taille (courtaud, trapu,

    haut...) ensuite la masse (mince, gros, ventru, obèse,

    corpulent...) enfin l’attitude (leste, souple, gracieux,

    prompt...).

    2. Son visage: Le choix de quelques détails caractéristiques

    de la physionomie du personnage permet d’annoncer son

    portrait moral:

    Le visage peut être (maigre, osseux, ridé, lisse...).

    Sa forme (ovale, carré, arrondi...).

    Son teint (blanc, brun, noir, rose, bronzé, blême...).

    Sa physionomie (gaie, triste, froide, souriante...).

    Ses cheveux (châtains, roux, ondulés, dorés, fauve, lisses,

    crépus, touffus...).

    Son front (étroit, large, bombé, aplati...).

    Les yeux (flamboyants, enfoncés, vifs, étincelants, cernés,

    tombants, larmoyants...).

    Son nez (retroussé, crochu...).

    Sa bouche (mince, charnue, épaisse, souriante, entrouverte...).

    Ses joues (pommettes, creusées, joufflues...).

    Son menton (rond, carré, pointu...), …

    Il faut aussi parler de membres:

    Les épaules (larges, étroites, carrées...).

    Les mains (douces, fines, massives, musclées, ridées...).

    Les jambes (musclées, grosses, arquées, élancées...).

    La démarche (majestueuse, grâcieuse, vive, fière, raide,

    boiteuse, élégante...).

    Après avoir tracé le portrait physique en choisissant les éléments

    particuliers du personnage, on doit parler d'occupations de

    ce dernier (vétérinaire, chômeur, architecte, fabricant, juge,

    dentiste, fermier...)

    Pour faire le portrait moral d’une personne:

    Le caractère, ou la situation sociale d’un personnage, est le plus

    souvent suggéré par le geste, l’expression du visage, la façon de

    parler, par une occupation habituelle, par un acte exemplaire...

    Mais on doit parler aussi de:

    - Qualités intellectuelles du personnage (instruit, cultivé,

    intelligent, sage, lucide, savant...).

    - Qualités morales (généreux, charitable, loyal, honnête, franc,

    aimable, ambitieux...).

    Défauts intellectuels (illettré, analphabète, inculte, idiot,

    débile...).

    Défauts moraux (impoli, avare, hypocrite, curieux, arrogant,

    odieux...).

    Il faut aussi brosser le portrait en action de la personne, c’està-

    dire la présenter en train d’agir. Le portrait en action nous

    éclaire sur le caractère du personnage.

    Devoir: À l’aide d’un dictionnaire, trouve le sens des adjectifs

    mentionnés ci-haut.

    Application: Expression écrite

    Activité 3:

    As-tu bien retenu ce qu’il faut faire pour écrire une description?

    Alors fais cette activité:

    1. Choisis une personne: un membre de famille ou un ami/une

    amie.

    2. Dresse son portrait physique: de la tête aux pieds.

    3. Dresse son portrait moral: ses qualités, son comportement,

    ses valeurs, …

    4. Utilise des comparaisons: il est/elle est comme, …

    Les capacités acquises à la fin de ce premier contexte:

    • Communiquer oralement et par écrit dans les situations

    en rapport avec le pays natal.

    • Accorder correctement les adjectifs numéraux.

    • Prononcer correctement les h muets et les h aspirés,

    • Conjuguer correctement les verbes “naître”, “vivre” et

    “mourir”.

    • Rédiger un texte descriptif d’un lieu, d’un animal ou

    d’un objet, ou bien un portait d’une personne qu’on

    connaît.

    1.9 Texte: Petit poème patriotique

    Espace infini,

    Eau vive sur ciel bleu

    Comme ton drapeau,

    Je t’aime Pays.

    Riche de la richesse

    Surnaturelle de tes artistes

    Sensibles, poétiques et créateurs,

    Je t’aime Pays.

    Nation chic

    Vêtue des coloris contrastants

    De tes quatre saisons,

    Je t’aime Pays.

    Tu m’éblouis,

    M’ébranle l’intérieur,

    De ta beauté et de ta grandeur,

    Je t’aime Pays.

    Ta terre protège

    Les corps ensevelis de tes enfants

    Et occupe les coeurs de leurs descendants

    Je t’aime Pays.

    En ce jour de la Fête nationale

    Je me lève, fier

    Et je salue le courage et la vaillance

    Des défricheurs que furent nos pères.

    Je t’aime Pays.

    http://lawrencedesrosiers.blogspot.com

    I. vocabulaire:

    1. Vif/vive: qui a de la vitalité, de la vigueur; agile, preste.

    2. Eau vive: qui coule d’une source.

    3. Surnaturel/le: qui est extraordinaire, qu’on juge ne pas

    appartenir au monde naturel.

    4. Chic: adjectif invariable en genre, qui veut dire: élégant,

    agréable.

    5. Les coloris: effet qui résulte du choix et de l’usage des couleurs.

    6. Contrastants: qui constrastent, qui s’opposent d’une manière

    frappante.

    7. Éblouir: troubler la vue par un éclat trop vif, aveugler.

    8. Ébranler: faire trembler, secouer.

    9. Ensevelir: enterrer.

    10. La vaillance: la qualité d’une personne brave dans la lutte,

    bravoure, courage.

    11. Les défricheurs: les cultivateurs.

    II. Compréhension du poème

    1. Les poètes chantent souvent leur pays comme étant large

    même s’il est petit. Exemple: Dans ce poème, l’auteur qualifie

    son pays de“Espace infini”. Pourquoi?

    2. Quel est le nom que nos ancêtres donnaient à notre pays “le

    Rwanda” pour chanter sa grandeur et pour dire que c’est un

    pays large?

    3. “Je t’aime Pays”: Pourquoi le mot “pays”est écrit en majuscule?

    4. Qu’est-ce que tu comprends par: “Nation chic, Vêtue des coloris

    contrastants de tes quatre saisons”?

    5. Explique comment se sent l’auteur quand il dit:

    • “Tu m’éblouis,

    • M’ébranle l’intérieur.”

    6. Dis deux fêtes nationales que nous célébrons ici au Rwanda et

    les dates sur lesquelles elles sont célébrées?

    7. À partir des couleurs qui composent les drapeaux des différents

    pays, imagine le pays dont parle l’auteur de ce poème quand

    elle dit: “Eau vive sur ciel bleu, comme ton drapeau."

    III. Expression orale:

    Dis ce que tu aimes de ton pays en peu de mots.

    IV. Expression écrite:

    Compose un petit poème patriotique sur ton pays.

    1.10. Le portrait de Monsieur Rabourdin

    À Paris, où les hommes d’étude et de pensée ont quelques analogies

    en vivant au même milieu, vous avez dû rencontrer plusieurs figures

    semblables à celle de M.Rabourdin, que ce récit prend au moment

    où il est chef de bureau de l’un des plus importants ministères.

    Quarante ans, des cheveux gris d’une si jolie nuance que les

    femmes peuvent à la rigueur les aimer ansi, et qui adoucissent

    une physionomie mélencolique. Des yeux bleus pleins de feu, un

    teint encore blanc, mais chaud et parsemé de quelques rougeurs

    violentes; un front et un nez à la Louis XV, une bouche sérieuse, une

    taille élevée, maigre ou plutôt maigrie comme celle d’un homme

    qui relève de la maladie; enfin, une démarche entre l’indolence du

    promeneur, et la méditation de l’homme occupé.

    Si ce portrait fait préjugér un caractère, la mise de l’homme

    contribuait peut-être à le mettre en relief. Rabourdin portait

    habituellement une grande redigonte bleue, une cravate blanche,

    un gilet croisé à la Robespierre, un pantalon noir sans sous-pieds,

    des bas de souliers gris et des souliers découverts. Rasé, lesté de sa

    tasse de café des huit heures du matin, il sortait avec une exactitude

    d’horloge, et passait par les mêmes rues en se rendant au ministère;

    mais si propre, si compassé que vous l’eussiez pris pour un Anglais

    allant à son ambassade.

    À ces traits principaux, vous devinez le père de famille harassé

    par les contrariétés au sein du ménage, tourmenté par des ennuis

    au ministère, mais assez philosophe pour prendre la vie comme

    elle est. Un honnête homme, aimant son pays et le servant, sans

    se disssimuler des obstacles que l’on rencontre à vouloir le bien.

    Prudent parce qu’il connaît les hommes, d’une exquise politesse

    avec des femmes [….]; enfin, un homme plein d’acquis, affable

    avec ses inférieurs, tenant à une grande distance ses égaux, et

    d’une haute dignité avec ses chefs.

    Balzac, Les Employés (1844).

    I. Explique ces expressions et termes utilisés dans le textes

    1. les hommes d’étude et de pensée: les personnes instruites.

    2. une physionomie mélencolique: une apparence qui manifeste

    une tristesse vague.

    3. des yeux pleins de feu: des yeux vifs.

    4. une démarche entre l’indolence du promeneur, et la méditation

    de l’homme occupé: c’est une marche à pied sans se pressé,

    mais avec une certaine distraction pensive.

    5. la mise: la façon de s’habiller.

    6. une redigonte: Une ample veste d’homme croisée.

    7. lesté de sa tasse de café des huit heures du matin: il boit du

    café depuis huit heures du matin.

    II. Questions de compréhension:

    1. Décrit M. Rabourdin pour queqlu’un qui ne le connaît pas.

    2. Comment s’habille habituellement Monsieur Rabourdin?

    3. Pour pouvoir bien comprendre le portarait de Monsieur

    Rabourdin, il faut avoir appris un peu d’Histoire. Qu’est-ce que

    tu connais de ces personnages dans l’histoire de la France:

    (a) Louis XV?

    (b) Robespierre?

    4. Qu’est-ce qui montre que Monsieur Rabourdin respecte le

    temps?

    5. Comment se comporte Monsieur Rabourdin:

    (a) envers les hommes?

    (b) à l’égard des femmes?

    (c) avec ses inférieurs?

    (d) avec ses égaux?

    (e) à l’égard de ses chefs?

    1. Décrit M. Rabourdin pour queqlu’un qui ne le connaît pas.

    2. Comment s’habille habituellement Monsieur Rabourdin?

    3. Pour pouvoir bien comprendre le portarait de Monsieur

    Rabourdin, il faut avoir appris un peu d’Histoire. Qu’est-ce que

    tu connais de ces personnages dans l’histoire de la France:

    (a) Louis XV?

    (b) Robespierre?

    4. Qu’est-ce qui montre que Monsieur Rabourdin respecte le

    temps?

    5. Comment se comporte Monsieur Rabourdin:

    (a) envers les hommes?

    (b) à l’égard des femmes?

    (c) avec ses inférieurs?

    (d) avec ses égaux?

    (e) à l’égard de ses chefs?

    6. Dis si tu es d’accord avec l’auteur: "À ces traits principaux,

    vous devinez le père de famille harassé par les contrariétés au

    sein du ménage, tourmenté par des ennuis au ministère, mais

    assez philosophe pour prendre la vie comme elle est.” Est-ce

    qu’il est bon de s’imaginer la situation familiale d’une personne

    à partir de son comportement et de son apparence extérieure?

    6. Dis si tu es d’accord avec l’auteur: "À ces traits principaux,

    vous devinez le père de famille harassé par les contrariétés au

    sein du ménage, tourmenté par des ennuis au ministère, mais

    assez philosophe pour prendre la vie comme elle est.” Est-ce

    qu’il est bon de s’imaginer la situation familiale d’une personne

    à partir de son comportement et de son apparence extérieure?

    III. Expression orale:

    Lis attentivement cette phrase et donne ton commentaire: “Un

    honnête homme, aimant son pays et le servant, sans se disssimuler

    des obstacles que l’on rencontre à vouloir le bien. Est-ce que c’est

    vrai que quand on veut faire le bien on rencontre des obstacles?

    Explique avec des exemples à l’apui.

    Expoitation stylistique:

    Relève et explique les différentes comparaisons que l’auteur a utilisé

    pour dresser le portrait de Monsieur Rabourdin.

    1.11 Évaluation des compétences à la fin

    du premier contexte

    Texte: Ma classe est située au rez-de-chausée, elle est vaste et

    de forme rectangulaire. Elle reçoit l’air et la lumière par trois

    grandes baies. Ses murs, hauts de quatre mètres, sont peints en

    bleu. Face aux tableaux, la chaise du maître se dresse dans un

    angle de la classe. Au-dessus se trouve une pendule et, à côté,

    le tableau à feuillets. Vingt et une tables à deux places sont

    disposées sur quatre rangs. Entre chaque rangée, un espace

    est aménagé pour la circulation des élèves et du maître. Aux

    murs sont suspendues des cartes géographiques et des tableaux

    décoratifs. Une armoire-bibliothèque occupe le fond de la classe.

    J’aime ma classe parce qu’elle est gaie et saine, et parce que j’y

    reçois une bonne instruction.

    F.AMAND, Pratique du Vocabulaire et de la Composition française, Cours

    Moyen, Paris Fernand Nathan.

    A. Lexique

    1. Fais correspondre les mots de la colonne A à leurs sens dans

    la colonne B

    l

    B. Questions de compréhension

    l

    C. Questions de grammaire

    1. Qu’indiquent les mots tels que: Face aux tableaux au-dessus;

    à côté; entre chaque rangée:

    2. Donne deux synonymes de “gai”.

    3. Donne deux contraires de “sain”.

    4. Écris en chiffre:

    (a) Il y a vingt et une tables dans notre classe?

    (b) Très peu de personnes atteignent quatre-vingt-dix ans.

    (c) Je possède soixante-treize vaches.

    (d) Si tu épargnes mille francs par jour, tu auras cents mille

    francs en moins d’une année.

    (e) Nous avons reçu soixante-dix-neuf livres dans notre

    classe.

    5. Écris les chiffres en toutes lettres:

    (a) 21 tables.

    (b) Nous sommes 42 élèves dans notre classe.

    (c) Ma grand-mère a atteint l’âge de 84 ans cette année.

    (d) J’ai planté 76 arbres dans mon champ.

    (e) Le Rwanda a connu un Génocide perpetré contre les

    Tutsi en 1994.

    1. Dis le temps et le mode des verbes en gras dans les phrases

    suivantes:

    (a) L’art rwandais de vivre est souvent envié par les

    étrangers.

    (b) Bâtissons la paix pour que personne ne meure à cause

    des conflits.

    (c) Après 45 ans de travail, ils vivaient de leurs épargnes.

    (d) Cette famille vit religieusement.

    (e) Je suis né handicapé mais j’ai vécu une vie heureuse

    2. Mets les verbes entre parenthèses dans les formes

    indiquées.

    (a) Épargne plus d’argent pour que tu (vivre: subjonctif

    présent; deuxième personne du singulier) sans peur de

    l’avenir.

    (b) Luttons contre le génocide car toute personne qui

    (mourir: indicatif présent) constitue une grande perte

    pour l’humanité.

    (c) Si tu maîtrises ta vie sexuelle, tu (vivre, indic. Futur

    simple) bien.

    (d) Nous (naître: indicatif présent) égaux, (vivre: impératif

    présent) fraternellement.

    l

    D. Phonétique:

    Mets un article qui convient devant ces noms, selon que le h est

    muet ou aspiré:

    homme, hôtel, hôte, hangar, harangue, hibou, hache, histoire,

    haine.

    E. Expression ecrite:

    1. Cet élève a décrit sa classe en huit lignes. Peux-tu décrire la

    tienne en dix lignes maximum.

    2. Compose un texte descriptif d’un/e collègue de classe ou

    une autre personne que tu aimes.




    • Compétence clé:

      Communiquer oralement et par écrit dans les situations en rapport

      avec les souvenirs d’enfance.

      2.1 Texte: Le jour où j’ai surmonté la peur

      l 

      Je me souviens encore de ce soir-là comme si c’était hier. J’avais

      encore six ans quand mes parents me laissèrent dans ma chambre

      pour aller faire une commission et revenir rapidement. Mais à cause

      de la tempête, ils rentrèrent tard.

      J’étais allongé dans mon lit en train de lire un conte. Soudain,

      j’entendis un grand bruit qui me fit sursauter. Je me mis debout

      sans savoir que faire. Mes cheveux se dressèrent et j’avais la chair

      de poule. Mes jambes tremblaient.

      Mon coeur battait très fort. Je ressentis une panique incroyable.

      Après quelques secondes, je décidai de descendre l’escalier pour

      voir l’origine du bruit. Alors, je pris un balai et j’avançais à pas

      timides vers la cuisine. Quand je m’approchai de la porte, un chat

      miaula. Je fus soulagé. Le matou cherchait à manger dans le buffet

      et fit tomber une casserole. Je repris mon souffle et je revins dans

      ma chambre. Après un instant, mes parents arrivèrent et je leur

      racontai l’histoire. Ils saluèrent mon courage et me donnèrent du

      chocolat. “Tu es devenu un homme Ahmed, désormais, je peux

      compter sur toi”, dit Maman. Je n’arrive jamais à oublier ce souvenir

      qui reste gravé dans ma mémoire (https://nosdevoirs.fr/devoir).

      1. Observe bien les illustrations de ce texte, lis le titre et découvre

      leur signification.

      Lecture et explication du texte

      Activité 1:

      Lis silencieusement ce texte en notant sur une feuille les mots

      nouveaux.

      Activité 2:

      Retiens le sens et l’orthographe des expressions et mots

      suivants:

      (a) Se souvenir: se rappeler

      (b) La tempête: violente perturbation atmosphérique sur

      terre ou sur mer, suite à des vents.

      (c) Sursauter: avoir un mouvement brusque occasionné par

      la peur.

      (d) Avoir la chair de poule: avoir très peur.

      (e) Le lexique relatif aux souvenirs d’enfance: souvenir,

      enfance, se rappeler, se souvenir, oublier, la mémoire, les

      photos, jeux d’enfant, ancien, vieux, …

      Activités d’application:

      Activité 3:

      Fais correspondre les expressions de la colonne A à leurs sens

      dans la colonne B.

      ;

      Activité 4:

      Fais correspondre les animaux de la colonne A à leurs cris dans

      la colonne B.

      ;l

      k

      II. Lecture et compréhension du texte

      Activité 1:

      As-tu bien compris le texte? Alors choisis la bonne réponse parmi

      les réponses proposées ci-dessous.

      1. Ahmed avait quel âge au moment de cet événement?

      (a) Dix ans.

      (b) Quatre ans.

      (c) Six ans.

      (d) Aucune bonne réponse.

      k

      III. Expression orale

      1. Qu’est-ce tu pourrais dire du comportement d’Ahmed en

      l’absence de ses parents? Fais-tu de même quand tu restes

      seul à la maison?

      2. Que pourrais-tu dire de l’attitude des parents d’Ahmed

      en lisant ces phrases: Ils saluèrent mon courage et me

      donnèrent du chocolats. “Tu es devenu un homme Ahmed,

      désormais, je peux compter sur toi”, dit Maman.

      IV. Expression écrite: Autodictée

      Lis attentivement cette phrase, ferme le livre et note-la dans ton

      cahier. Et puis ouvre encore le livre et corrige ta phrase:

      Je n’arrive jamais à oublier ce souvenir qui reste gravé dans

      ma mémoire.

      V. Lecture d'entraÎnement

      Activité 2:

      Entraînement à la lecture:

      Fais une lecture en t’ exprimant à haute voix et en articulant

      correctement les expressions nouvelles et en respectant

      l’intonation. Tu pourrais faire cette activité seul dans la cour

      ou dans la nature pour t’exercer à la prononciation correcte du

      français.

      Activité 3:

      A faire deux-à-deux: Je pointe sur un mot ou groupe de mots et

      tu les lis à haute voix.

      1. Soudain, j’entendis un grand bruit qui me fit sursauter.

      2. Mes cheveux se dressèrent et j’avais la chair de poule.

      3. Je ressentis une panique incroyable.

      4. Le matou cherchait à manger dans le buffet et fit tomber

      une casserole.

       Le passé simple

      À la découverte du passé simple

      Activité 1:

      En observant les terminaisons, souligne les verbes conjugués

      au passé simple dans ces expressions:

      Quand mes parents me laissèrent, ils rentrèrent tard, j’entendis,

      qui me fit, je me mis, mes cheveux se dressèrent, je ressentis,

      je décidai de, je pris un balai et j’avançai à pas timides, je

      m’approchai, Je repris, je revins, mes parents arrivèrent et je leur

      racontai l’histoire, Ils saluèrent mon courage et me donnèrent du

      chocolat.

      Questions:

      1. Il y a combien de verbes conjugués au passé simple dans

      ces expressions?

      2. Quel est le temps qu'on a utilisé pour raconter cet événement

      qui a eu lieu dans passé?

      Je retiens que:

      Quand on raconte une histoire, on utilise le passé simple comme

      temps du récit.

      Le passé simple est utilisé pour décrire une action qui a eu lieu

      et qui s’est achevée dans le passé. Conjugué au passé simple,

      un verbe conserve toujours le même radical (contrairement à

      d’autres temps) mais sa terminaison varie en fonction de la

      personne (du sujet).

      Expression orale

      Ranconte un événement qui t’a marqué(e) dans le passé.

      Activité 2:

      Voici un texte qui raconte le premier jour de la rentrée à l’école.

      Conjugue les verbes entre parenthèses au passé simple.

      Texte: Le premier jour de la rentrée à l’école

      l

      Je me souviens, comme si cela datait d’hier, de mon premier

      jour de rentrée à l’école. La veille, j’ (avoir) droit à un dîner de

      prince. On me (servir) plus de morceaux de viande. Au dessert,

      il y avait des bananes, des pommes et des oranges. C’est alors

      que je (comprendre) que quelque chose de grave se préparait.

      Ma mère me (faire) prendre un bain. Après, elle me (mettre) au

      lit. Pourtant, je ne parvins pas à fermer les yeux car j’attendais

      avec impatience le lever du jour, en pensant aux habits neufs,

      aux confiseries qu’on m’achèterait le lendemain.

      Au soleil levant, ma mère (venir) me secouer, inhabituellement,

      avec douceur. Après le petit déjeuner, elle me (prendre) par la

      main et elle me (dire) que nous allions à l’école. Je commençais

      à pleurer et à me débattre. Quand nous y (arriver), je (voir)

      des files d’enfants devant le portail. Les plus jeunes étaient

      accompagnés de leurs parents. Il y avait un bourdonnement de

      ruche. On aurait dit un marché. Soudain, une sonnette stridente

      me (tirer) violemment de mes rêveries.

      Alors, ma mère me (placer) dans la file des élèves qui s’alignaient

      le long de la muraille de l’école. Je (commencer) à trembler

      comme un oiseau mouillé. Je (vouloir) courir vers ma mère qui

      s’éloignait. Mais un homme barbu, (me prendre) la main et me

      (ramener) sur la ligne.

      Après une attente qui dura peut-être une éternité, on nous

      (faire) entrer dans une cour. Toutes mes craintes (se dissiper)

      d’un seul coup, comme par enchantement! Une jeune femme

      (s’approcher) de mon groupe. Elle était jolie comme un ange.

      Son sourire bienveillant, qui laissait poindre de belles dents d’une

      blancheur éclatante, me (rassurer). La maîtresse nous (faire)

      entrer dans une classe dont les murs étaient garnis d’images

      représentant des animaux et des paysages. Lorsqu’elle (parler),

      je (être) enchanté par sa voix suave et ses dents bien rangées.

      C’est alors que ma crainte de l’école se (transformer) en une

      grande passion!

      Activité 3:

      Expression écrite:

      Écrire la suite d’une histoire

      Complète cette histoire en respectant les caractéristiques de

      ce type de texte: schéma narratif et les temps des verbes

      C’était une très belle journée de printemps. Un beau soleil brillait

      dans le ciel et une légère brise soufflait. J’ai été au marché pour

      acheter un cadeau d’anniversaire à ma soeur ainée. J’examinais

      attentivement les objets exposés sur la table d’un brocanteur.

      Une belle lampe ancienne a attiré mon attention, j’ai décidé de

      l’acheter. Arrivé à la maison je me suis mis à la nettoyer avec un

      chiffon quand brusquement ...

      2.2 La voix active et la voix passive

      À la découverte de la voix active et de la voix passive:

      Texte: La construction de notre maison

      k

      Texte 1:

      Je me souviens de la construction de notre maison, qui a été bâtie

      quand j’avais encore six ans. D’abord, mon père et ma mère ont

      signé un contrat avec un architecte. Par la suite, l’architecte a

      tracé les plans de notre maison et il a dirigé tous les travaux qui

      ont suivi. La mairie a délivré le permis de bâtir. Les terrassiers

      ont creusé les fondations. Les maçons ont élevé les murs et les

      cloisons. Les charpentiers ont posé la toiture. Les menuisiers

      ont installé les portes et les fenêtres. Le plombier a assemblé les

      canalisations. L’électricien a installé les câbles et les prises. Les

      peintres et les tapissiers ont décoré l’intérieur. Le paysagiste a

      planté des arbustes. Enfin, nous avons invité nos amis. C’était

      magnifique pour moi d’entrer dans une maison toute neuve.

      Texte 2:

      Je me souviens de la construction de notre maison, qui a été

      bâtie quand j’avais encore six ans. D’abord, un contrat avec un

      architecte a été signé par mon père et ma mère. Les plans de la

      maison ont été tracés par l’architecte, et tous les travaux, ont

      été dirigés par lui. Le permis de bâtir a été délivré par la mairie.

      Les fondations ont été creusées par les terrassiers. Les murs et

      les cloisons ont été élevés par les maçons. La toiture a été posée

      par les charpentiers. Les portes et les fenêtres ont été installées

      par les menuisiers. Les canalisations ont été assemblées par le

      plombier. Les câbles et les prises ont été installés par l’électricien.

      L’intérieur a été décoré par les peintres et les tapissiers. Les

      arbustes ont été plantés par les paysagistes. Enfin, nos amis ont

      été invités par nous. C’était magnifique pour moi d’entrer dans

      une maison toute neuve.

      Lis ces deux textes et puis réponds aux questions suivantes:

      A. Trouve le sens aux noms des différents métiers.

      Exemple: L’architecte: c’est celui qui trace les plans de maison.

      Le terrassier c’est celui qui…….

      Le maçon c’est celui qui ….

      Le charpentier c’est celui qui…..

      Le menuisier c’est celui qui…..

      Le plombier c’est celui qui…..

      L’électricien c’est celui qui…..

      Le carreleur c’est celui qui…..

      Le peintre c’est celui qui…..

      Le tapissier c’est celui qui…..

      k

      Activité 1:

      Lis ces deux textes et puis réponds à chacune de ces questions

      en tirant des réponses des deux côtés:

      Exemple:

      Qui a tracé les plans de la maison?

      Texte 1: Un architecte a tracé les plans de la maison.

      Texte 2: Les plans de la maison ont été tracés par un architecte.

      (a) Qui a délivré le permis de construire?

      (b) Qui a creusé les fondations?

      (c) Qui a installé les câbles et les prises?

      (d) Qui a invité les amis?

      Activité 2:

      Qu’est-ce que tu constates à partir de ces réponses tirées des

      deux textes?

      Je constate qu’il y a deux façons de répondre à ces questions

      à partir des deux textes:

      1. En commençant par le sujet: texte 1.

      2. En commençant par le complément: texte 2.

      Je retiens que:

      Une action peut être exprimée de deux façon: par la voix active

      ou par la voix passive.

      Activité 3:

      À la découverte de la voix active et de la voix passive:

      Observe cette illustration et dis ce que tu vois:

      l

      On peut exprimer l’action ci-haut de deux manières: Lesquelles?

      1. Le sujet c’est “le chat”, c’est lui qui fait l’action de chasser:

      ….........…..

      2. Le sujet c’est “la souris”, elle subit l’action de chasser:………..

      Je retiens que:

      l

      ;

      o

      Activités d’application

      A. Activités à faire oralement

      Activité 1

      Dis si la phrase est à la voix active ou à la voix passive.

      1. L’enfant est appelée par sa mère.

      2. Le jardinier arrose les fleurs.

      3. Ce livre a été écrit par Umutoni.

      4. Nos amis construisent cette maison.

      5. Il a été arrêté par les policiers ce matin.

      6. La bibliothécaire raconte une histoire.

      7. L’école est fermée par la directrice.

      8. Les enfants sont attendus à la gare par leurs parents.

      9. Nous avons été cambriolés par trois hommes masqués.

      10. Bugingo a écrit ce livre.

      11. La neige a recouvert les arbres.

      12. On organisera un concours de beauté.

      13. Les paysans ont labouré les champs.

      14. Mon grand-père construisit la petite cabane.

      15. On a arrêté le criminel.

      Activité 2:

      Mets à la forme active.

      Exemple: La souris est mangée par le chat. Le chat mange la

      souris.

      1. Le pain est fabriqué par la boulangère.

      2. Le café est offert par la maison.

      3. Les demandes sont étudiées par le directeur.

      4. La malade serait suivie par un médecin.

      5. Notre gouvernement aide les personnes âgées.

      6. Un meilleur salaire est revendiqué par les employés.

      7. L'employé délinquant est chassé par la direction.

      8. Le français est enseigné par des spécialistes.

      9. Tous les enfants ont été vaccinés par le Ministère de la

      Santé.

      Activité 4:

      Mets à la forme passive.

      1. On doit laver ce vêtement à la main.

      2. Un roi dirige cette société.

      3. Vous pourrez présenter votre projet.

      4. On envoie souvent des étudiants à l’étranger.

      5. Ils doivent garder le silence.

      6. Les élèves ont tracé des rectangles.

      7. Gatanazi a cueilli ces fleurs.

      8. Papa lave sa voiture.

      9. Mahoro a commencé un nouveau livre.

      Activité 4:

      Mets à la forme passive.

      Exemple:On a pris un rendez-vous chez le docteur.

      Le rendez-vous a été pris chez le docteur.

      1. On utilise de plus en plus l’ordinateur.

      2. On traitera ce sujet.

      3. On préparera un repas pour les invités.

      4. On servirait du jus aux enfants.

      5. On a choisi le jeu de football.

      6. On suivra les indications.

      Activité 5:

      Mets les phrases suivantes à la forme active en utilisant “on”.

      Exemple:Les vacances sont attendues avec impatience.

      On attend les vacances avec impatience.

      1. Les invitations seront envoyées.

      ...................................................................................

      2. La chambre sera décorée.

      ....................................................................................

      3. Le bébé était habillé.

      ...................................................................................

      4. Notre jardin était nettoyé.

      ....................................................................................

      5. La maison a été repeinte.

      ....................................................................................

      6. Les détails de la soirée étaient planifiés.

      ...................................................................................

      B. Activités à faire par écrit:

      Activité 1:

      Distingue les formes verbales au passif par une croix.

      Exemples:Les petits se sont levés tôt ce matin.

      Les tasses de café sont apportées par la serveuse. (X)

      1. La méthode a été expliquée dans le manuel.

      2. Des mesures seraient prises pour corriger la situation.

      3. Le père est ravi des résultats de ses enfants.

      4. Le directeur sera informé de la raison de leur absence.

      5. Ces enfants sont valorisés par leur grand frère.

      6. Le gagnant du concours sera choisi par les membres du

      comité.

      7. Les touristes seraient arrêtés à l’arrêt d’autobus.

      8. Deux oeuvres de Rugamba Cyprien ont été traduites dans

      plusieurs langues.

      Activité 2:

      Écris ces phrases à la forme passive.

      Exemple:Le comptable tient les livres.

      Réponse: Les livres sont tenus par le comptable.

      1. Les policiers arrêtent le voleur.

      2. L’architecte dessine les plans de maison.

      3. L’infirmière soigne le malade.

      4. L’agriculteur cultive le champ.

      5. L’abeille produit le miel.

      6. Une voiture a renversé le chien.

      Activité 3:Lis attentivement le texte suivant:

      À la récréation, mes copains m’invitent à jouer au chat et à

      la souris. Nous faisons tout de suite un grand cercle. On me

      désigne comme souris et Rukundo comme chat. Je cours autour

      du cercle. Rukundo me poursuit. On me cède le passage mais

      Rukundo on lui barre le passage. À un moment donné, Rukundo

      me saisit et m’emmène à l’intérieur du cercle comme prisonnier.

      On désigne Kamariza comme deuxième souris.

      Activité 4:

      Écris le texte de l’activité 3 à la voix passive.

      À la récréation, je suis invité (ou invitée) par mes copains à jouer

      au chat et à la souris, …

      Activité 5:

      Écris le texte de l’activité 4 au futur simple (voix active).

      À la récréation, mes copains m’inviteront à jouer au chat et à la

      souris,….

      Activité 6:

      Écris le texte de l’activité 5 à la voix passive.

      À la récréation, je serai invité (ou invitée) par mes copains à

      jouer au chat et à la souris, …

      2.3 Les verbes pronominaux

      À la découverte des verbes pronominaux:

      Activité 1:

      Observe les images et dis ce que fait Mukamurigo dans chaque

      colonne:

      w

      o

      l

      k

      Activité 2:

      Pour qui Mukamurigo fait les actions decrites sur les images?

      • Mukamurigo lave qui?

      • Mukamurigo brosse les dents de qui?

      • Est-ce que Mukamurigo coiffe quelqu’un d’autre?

      • Es-ce que Mukamurigo regarde quelqu’un d’autre dans

      le miroir?

      • Que fait Mukamurigo après avoir regardé la télé?

      • Que fait-elle après s’être couchée?

      Activité 3:

      Lis le texte et souligne les verbes qui expriment les actions que

      Mukamurigo fait sur elle-même ou bien celles qu’elle fait pour

      elle-même.

      Mukamurigo habite dans un petit village. Elle étudie dans

      une école secondaire. Elle se lève chaque jour à 7 heures. À

      7:05 elle va dans la salle de bains. Là, elle se lave, se brosse

      les dents et se coiffe. Et puis, elle se regarde dans le miroir

      pour se contrôler. À 7:30 son papa la déplace vers l’école. Elle

      commence ses cours à 8 heures. À midi, Mukamurigo prend son

      diner avec ses camarades au réfectoire de l’école. Elle finit ses

      cours à 16 heures et puis elle rentre chez elle. À la maison, elle

      fait ses devoirs et lit un livre. Après le super, elle regarde la télé

      et se couche vers 21 heures trente et s’endort.

      Questions: Réfléchis et réponds à ces questions:

      1. Comment se présentent les actions exprimées par les

      verbes que tu as soulignés?

      2. Qu’est-ce qui sert à exprimer une action que le sujet fait

      sur lui-même?

      3. Comment appelle-t-on ces verbes?

      Je retiens que:

      Un verbe pronominal est un verbe qui se conjugue avec deux

      pronoms de la même personne. Exemple: Nous nous avançons;

      tu te regardes.

      Il exprime une action que le sujet fait sur lui-même ou pour luimême.

      Activités d’application:

      Conjugue les verbes suivants à toutes les personnes au présent

      de l’indicatif: se lever, se regarder.

      k

      Activité 2:

      Conjugue ces verbes à la forme négative.

      f

      Activité 3:

      Complète par un pronom convenable.

      (a) Je .......................baigne dans la rivière.

      (b) Nous...….........baignons dans la rivière.

      (c) Tu te ...............baignes dans la rivière.

      (d) Vous ................baignez dans la rivière.

      (e) Il ........................baigne dans la rivière.

      (f) Ils ......................baignent dans la rivière.

      (g) Elle ...................baigne dans la rivière.

      (h) Elles .................baignent dans la rivière.

      Activité 4:

      Relie les mots des deux colonnes en faisant des phrases

      correctes

      l

      Activité 5:

      Choisis la bonne réponse.

      1. Le matin je (se réveiller) à 8h.

      (a) me réveille

      (b) me réveilles

      (c) réveilles

      2. Tu (se lever) à 7h45.

      (a) te lève

      (b) te lèves

      (c) lèves

      3. Il (se laver).

      (a) se lavez

      (b) se lave

      (c) se laves

      4. Nous (se coiffer).

      (a) nous coiffez

      (b) nous coiffons

      (c) se coiffent

      5. Vous (s’habiller).

      (a) nous habillons

      (b) vous habillez

      (c) s’habillent

      6. Ils (se coucher) à 23h.

      (a) se couchent

      (b) se couche

      (c) me couche

      Activité 6:

      Mets les verbes à la forme correcte.

      (a) Je (se mettre) au lit tous les soirs à 10h00 du soir/

      22heures.

      (b) Elles (se laver) deux fois par jour.

      (c) Il (se regarder) dans le miroir.

      (d) Tu (se lever) à quelle heure?

      (e) Je (s’appeler) Charles, et toi?

      (f) Chérie, est-ce que tu (se sentir) bien?

      (g) Nous (se rencontrer) au restaurent le week-end passé.

      (h) On (s’amuser) bien pendant les vacances?

      (i) Tu (ne pas se reposer)?

      (j) Mes parents (se promènent) dans le jardin chaque

      soirée.

      (k) Mon papa (se raser) chaque jour.

      (l) Est-ce que tu (se coucher) à minuit?

      L’accord du participe passé des verbes pronominaux

      À la découverte de l’accord du participe passé des

      verbes pronominaux

      Activité 1:

      Observe les images, lis les phrases qui les accompagnent et dis

      pourquoi et comment les participes passés ont été accordés:

      s

      a) Je me suis lavée.

      m

      b) Elles se sont embrassées.

      c

      m

      Observations:

      • Dans les phrases (a) et (b) les participes passés ont été

      accordés avec le sujet. Pourquoi?

      • Dans la phrase (c) il n’y a pas d’accord. Pourquoi?

      • Dans la phrase (d), le participe passé s’accorde avec le

      COD. Pourquoi?

      Je retiens que:

      A. Le participe passé s’accorde avec le sujet du verbe, lorsque

      le sujet fait l’action sur lui-même.

      Exemples:

      1. Ils se sont aperçus de leur erreur.

      2. Ils se sont lavés.

      3. Ils se sont battus.

      4. Ils ne se sont aucunement souciés des conséquences de

      leurs actes.

      5. Mutesi s’est présentée chaque jour en classe au cours de

      ce trimestre.

      B. Le participe passé s’accorde avec son COD en genre et

      en nombre lorsque le COD précède le verbe (même règle

      qu’avec l’auxiliaire avoir).

      Exemples:

      1. Les mains qu’ils se sont lavées étaient sales.

      2. Les lettres qu’ils se sont écrites étaient amicales.

      3. Les billets qu’ils se sont répartis étaient tout neufs.

      Une façon simple de trouver le COD consiste à remplacer

      l’auxiliaire “être” par l’auxiliaire “avoir” et à poser la question

      habituelle verbe + qui? Ou verbe + quoi?

      Elle s’est lavée.

      • Elle a lavé qui? - Elle-même = se, placé avant l’auxiliaire

      - Il ya accord

      Elle s’est lavé les mains.

      • Elle a lavé quoi? - "Les mains", placées après l’auxiliaire

      - Il n’ya pas accord

      Elles se sont parlé.

      Elles ont parlé à qui? Ou à Quoi? - La question est impossible -

      pas de COD - Il n’y a pas accord.

      • Elles se sont embrassées.

      Elles ont embrassé qui? L’une et l’autre = “se” placé avant

      l’auxiliaire - Il y a accord.

      Les cas de non-accord

      A. Le participe passé ne s’accorde pas lorsque le COD suit le

      verbe.

      Exemples:

      1. Ils se sont lavé les mains.

      2. Ils se sont écrit des lettres.

      3. Ils se sont réparti tous les billets.

      B. Le participe passé ne s’accorde pas lorsque le verbe

      pronominal réfléchi ou réciproque admet un COI.

      Les participes passés des verbes suivants sont invariables: se

      plaire, se complaire, se déplaire, se nuire, s’en vouloir, se

      ressembler, se sourire, se suffire.

      Exemples: Ils se sont plu. / Ils se sont déplu dans cet appartement.

      / Elles se sont ri de son erreur.

      Astuces!

      Pour savoir si le verbe accepte un C.O.I, il faut transformer la

      phrase:

      Ils se sont nui. - Ils ont nui “à eux-mêmes”. -C.O.I donc pas

      accord.

      Ils se sont écrit. - Ils ont écrit “à eux-mêmes”. - C.O.I donc pas

      accord.

      Les groupes qui se sont succédé. - Ils ont succédé “à euxmêmes”.

      -COI donc pas d’accord

      Le passé composé des verbes pronominaux

      l

      Salut Olive,

      Comment vas-tu? Ça fait vraiment longtemps qu’on s’est vu.

      Nous nous sommes téléphoné il y a près d’un mois maintenant.

      Nous nous sommes adressé plusieurs lettres quand nous étions

      encore éloignés toi et moi. Alors, pourquoi est-ce qu’on ne se parle

      pas souvent depuis que nous nous sommes rencontrés. La dernière

      fois que nous nous sommes parlé, nous nous sommes souvenus

      des moments qu’on a passés ensemble sur le banc de l’école. On

      s’est raconté des événements heureux et moins heureux. On s’est

      rappelé nos débuts dans l’enseignement. À la fin de notre rencontre,

      on s’est embrassé et on s’est dit qu’on allait se voir plus souvent

      dans les jours à venir.

      On doit respecter ce souhait. À quand notre prochaine rencontre?

      Porte-toi bien et au plaisir de te revoir,

      Mes salutations chaleureuses, Célestin.

      Activité 1:Lis ce texte et trouve:

      (a) Comment sont construits les passés composés des verbes

      pronominaux?

      (b) Pourquoi certains participes passés ont été accordés

      tandisque d'autres sont restés invariables?

      Activité 2:

      Observe les tableaux ci-dessous pour apprendre à former le

      passé composé des verbes pronominaux.

      Se laver

      k

      Se souvenir

      ;

      A la forme nègative

      j

      Se souvenir

      j

      Activités d’application

      A. Expression orale

      Activité 1:

      Mets les phrases suivantes au passé composé (oralement).

      1. Il se lave.

      2. Nous ne nous regardons pas.

      3. Elle s’amuse.

      4. Ils ne s’excusent pas.

      5. Elles se disputent.

      6. Tu te couches.

      7. Elle ne s’habitue pas à sa nouvelle vie.

      8. Je ne me décide pas.

      B. Expression ècrite:

      Activité 2:

      Accorde les participes passés entre parenthèses.

      1. Les folies qu’ils se sont (dit) à ce sujet sont énormes.

      2. Les réponses qu’ils se sont (échangé) étaient incorrectes.

      3. Pierre et Paul, vous vous êtes (servi) de moi dans cette

      affaire, et cela m’a énormément déplu.

      4. Les pays d’Afrique se sont (endetté) de plusieurs milliers de

      dollars.

      5. Ces marchandises se sont (vendu) à une vitesse incroyable.

      6. Il s’en est (acheté) plusieurs, des motocyclettes.

      2.4 Les synonymes

      À la découverte des synonymes: Un texte contenant des

      répétitions à remplacer par leurs synonymes.

      Texte: La pomme

      l

      La pomme est un très bon fruit. Elle est bonne à voir, bonne au

      toucher, et bonne à manger. La pomme apporte à la fois plaisir

      et bienfaits sans engendrer de prise de poids. Elle est goûteuse,

      juteuse, croquante.

      Une pomme est riche en fibres, pauvre en calories et riche en

      antioxydants. Elle a un effet coupe-faim. La pomme a un pouvoir

      désaltérant important car elle a près de 85% d’eau. Elle a également

      de nombreuses vitamines qui se trouvent essentiellement dans la

      peau. Ainsi, il est conseillé de manger la pomme avec la peau. Elle

      a des sels minéraux: potassium, magnésium et phosphore.

      La pomme diminue l’absorption de cholestérol et de lipides dans les

      intestins et diminue le risque de cancer selon une étude allemande

      publiée en avril 2008 dans la revue "Nutrition". Une pomme apporte

      une grande satiété, elle se transporte facilement et peut se manger

      partout. Elle permet un maintien d’une bonne activité physique

      grâce au fructose et au glucide qu’elle a. Elle a des effets bénéfiques

      contre les maladies cardiovasculaires selon une étude parue dans la

      revue “Journal of Nutrition”.

      A. Mots nouveaux

      Activité 1:

      Trouve dans ton dictionnaire la signification des mots

      suivants:

      r

      B. Questions de compréhension

      Réponds à ces questions en tes propres mots:

      1. Quelles sont les qualités d’une pomme?

      2. Où se trouvent essentiellement les vitamines d’une pomme?

      3. Pourquoi est-ce que la pomme permet un maintien d’une

      bonne activité physique?

      4. Quels sont les maladies pour lesquelles la pomme peut

      diminuer les risques?

      5. Quels sont les sels minéraux que contient la pomme?

      C. Exploitation grammaticale et stylistique: les synonymes

      Activité 2:

      Que remarques-tu dans ce texte sur le plan de son style?

      Activité 3:

      Compte combien de fois ont été utilisés les mots suivant dans

      ce texte:

      (a) L’adjectif “bon”.

      (b) Le verbe “avoir”.

      (c) Le verbe “diminuer”.

      (d) Le verbe “manger”.

      Activité 4:

      Quel est l’effet produit par ces répétitions dans ce texte

      Activité 5:

      Remplace ces répétitions par les mots choisis dans ces deux

      listes qui suivent de façon à donner au texte un bon style:

      (a) doux, délicieux, agréable, admirable, attrayant.

      (b) posséder, contenir, disposer, réduire, bourrée de.

      La pomme est un très bon fruit. Elle est …… à voir, ……. au

      toucher, et …….. à manger. La pomme apporte à la fois plaisir

      et bienfaits sans engendrer de prise de poids. Elle est goûteuse,

      juteuse, croquante.

      Une pomme est ……. fibres, pauvre en calories et ……. en

      antioxydants. Elle …… un effet coupe-faim. La pomme …….. un

      pouvoir désaltérant important car elle ……. près de 85% d’eau.

      Elle ……… également de nombreuses vitamines qui se trouvent

      essentiellement dans la peau. Ainsi, il est conseillé de ……. la

      pomme avec la peau. Elle ……. des sels minéraux : potassium,

      magnésium et phosphore.

      La pomme …… l’absorption de cholestérol et de lipides dans les

      intestins et ……. le risque de cancer, selon une étude allemande,

      publiée en avril 2008 dans la revue “Journal of Nutrition”. Une

      pomme ……. une grande satiété et se transporte facilement et

      peut ……. partout. Elle permet un maintien d’une bonne activité

      physique grâce au fructose et au glucide qu’elle a contient. Elle

      ……. des effets bénéfiques contre les maladies cardiovasculaires

      selon une étude parue dans le “Journal of Nutrition”.

      Conclusions:

      • Les mots qui ont presque le même sens sont appelés

      synonymes.

      • Lorsqu’on utilise des synonymes, la phrase ne change pas

      de sens.

      Activité 6:

      À partir de ces constatations, définis le mot "synonyme”.

      Je retiens que:

      • Un synonyme se dit d’un mot qui a la même signification

      qu’un autre mot, ou une signification presque semblable.

      • Les synonymes sont des mots différents qui veulent

      dire presque la même chose.

      • Lorsqu’on utilise des synonymes, la phrase ne change

      pas de sens.

      Usage des synonymes

      Les synonymes servent à définir un mot, à éviter des répétitions,

      à enrichir un texte, à rendre le style suffisant en exprimant des

      nuances de sens, ou en donnant plus de précision de ce que

      l’on veut dire.

      (a) Définir un mot: C’est pourquoi on les trouve dans les

      articles de dictionnaire.

      (b) Éviter les répétitions dans un texte.

      Les répétitions injustifiées, maladroites, inutiles, dénoncent un

      style insuffisant, en révélant notre négligence et notre pauvreté

      lexicale.

      La recherche du mot juste, du terme exact, précis, et l’emploi

      d’un vocabulaire étendu permettent d’éviter et les répétitions

      et le recours aux mots “passe-partout”. Le dictionnaire est un

      précieux outil qui saura vous aider.

      Exemples: Les répétitions du verbe “avoir”

      • Avoir de violentes douleurs: sentir, ressentir, éprouver,

      souffrir…

      Avoir des projets ambitieux: nourrir, entretenir,

      poursuivre…

      • Cette chambre a vingt mètres de long: mesure, compte…

      • Cette plante a un parfum fort: exhale, dégage, émet,

      répand, produit…

      • Cet employé a un gros salaire: touche, reçoit, perçoit…

      • Pour la circonstance, le professeur a un costume: porte,

      revêt, arbore…

      Répétition du verbe “faire”

      • Faire des fouilles: effectuer, pratiquer, accomplir…

      • Faire un calcul: effectuer, (calculer) …

      Faire un long chemin: parcourir, couvrir…

      Faire un complot: tisser, ourdir, tramer, tresser, nouer…

      Faire un tour réaliser, exécuter

      Faire des reproches: adresser (critiquer, blâmer,

      réprouver, remontrer…)

      Faire cesser un conflit: arrêter, terminer, régler

      Faire disparaître une erreur: effacer, rectifier, corriger…

      Faire paraître un livre: éditer, sortir, imprimer, publier…

      Faire du tort: nuire, détériorer, desservir, léser; causer

      du tort…

      Répétition du verbes “mettre”

      Mettre une robe: passer, revêtir…

      Mettre en demeure: sommer, citer, enjoindre, signifier…

      Mettre à profit: exploiter, utiliser, tirer parti…

      Mettre à la mode: lancer, imposer…

      Mettre en place: installer, établir, aménager…

      (c) Enrichir un texte.

      La reconnaissance des synonymes permet au lecteur:

      • de cerner avec précision une idée, s’il s’interroge sà ce

      qui a motivé le choix d’un mot par rapport à d’autres

      possibles; en distinguant les différents synonymes, il

      saisit la nuance voulue.

      • de reconnaître des thèmes, s’il repère des séries de

      synonymes (Exemple: joie, allégresse, exaltation,

      jubilation, ravissement, béatitude: établissent le thème

      du plaisir).

      Activités d’application:

      Rapproche les pairs de synonymes dans cette liste de mots:

      avoir, immeuble, bêtise, plein, vieux, content, posséder, lourd,

      rempli, heureux, pesant, ancien, bâtiment, sottise.

      Activité 2:

      Dans chacune des séries, regroupe les synonymes deux par

      deux:

      (a) augmenter, garder, réconforter, accroître, encourager,

      surveiller.

      (b) besogne, aide, bravoure, voeu, soutien, tâche, souhait,

      courage.

      (c) adroit, merveilleux, délicat, habile.

      Activité 3:

      Relie chaque mot à son synonyme.

      k

      Activité 4:

      Remplace “faire” par un synonyme de la liste suivante:

      progresser, écrire, pratiquer, construire, prendre, tourner,

      organiser, avancer.

      (a) faire 2 mètres = … 2 mètres.

      (b) faire une fête = … une fête.

      (c) faire des photos = … des photos.

      (d) faire un film = … un film.

      (e) faire une maison = … une maison.

      (f) faire des progrès = …….

      (g) faire un poème = …. un poème.

      (h) faire le karaté = … le karaté

      Activité 5:

      Dans ces listes de synonymes, un intrus s’est glissé: retrouvele

      et explique pourquoi tu ne pourrais pas l’employer à la place

      des trois autres.

      (a) maison - habitation - bureau - demeure

      (b) belliqueux - agressif - batailleur - rancunier

      Activité 6:

      Substitue au mot souligné un terme plus précis.

      (a) Le travail est une chose biologiquement nécessaire.

      (b) Le garçon de table s’est empressé de servir les gens.

      (c) Il est arrivé après l’heure. Cela a indisposé le patron.

      (d) Elle veut devenir une grande sportive. C’est louable.

      Activité 7:

      Remplace le verbe “mettre” par un verbe plus précis.

      (a) Il a mis tout son argent dans la banque.

      (b) Elle a mis ses plus beaux habits pour aller au mariage de

      sa tante.

      (c) J’ai soif, mets un peu d’eau dans mon verre.

      (d) Ne laisse pas traîner tes cahiers, mets-les dans ton tiroir.

      (e) Ce chiffon ne peut servir à rien, mets-le à la poubelle.

      (f) Il a mis la clé dans la serrure et a ouvert la porte.

      (g) Il met trop de temps à se préparer.

      Activité 8:

      Remplace le verbe “faire” par un verbe plus précis.

      (a) Il a fait une lettre de recommandation pour son ami.

      (b) Il a fait six kilomètres pour venir jusqu’ici.

      (c) Celui qui triche fait une faute grave.

      (d) Il a travaillé pendant ses vacances pour faire un peu

      d’argent.

      (e) Il a fait le “cent mètres” en onze secondes.

      (f) Pendant la leçon, l’élève distrait faisait des voitures sur

      son cahier.

      Remplace le verbe “avoir” par un verbe plus précis.

      (a) Achetez des pâtes; nos clients auront aujourd’hui un

      rabais considérable.

      (b) Il n’est pas allé à son travail; il a des rhumatismes.

      (c) Dans ce pays, il a une excellente réputation.

      (d) Ce problème a plusieurs solutions.

      (e) Aujourd’hui, Paul a son veston neuf.

      (f) L’enfant a une forte douleur.

      (g) Il n’est pas allé à son travail: il a eu des difficultés.

      Activité 10:

      Trouve pour chacune de ces phrases, un synonyme à substituer

      au verbe prendre.

      (a) J’ai pris un jus d’orange.

      (b) Ce travail nous a pris deux heures.

      (c) J’ai pris un livre à la bibliothèque.

      (d) Vous allez prendre le froid.

      Activité 11

      Observe ces synonymes groupés deux par deux et souligne celui

      des deux qui a le sens plus fort:

      (a) dangereux- périlleux

      (b) blâmer - condamner

      (c) beau - ravissant

      (d) exaltation - contentement

      (e) adorer - aimer

      (f) affreux - laid

      2.5 Les antonymes ou contraires

      À la découverte des antonymes ou contraires:

      Activité 1

      Dites ce que vous voyez sur ces illustrations.

      l

      Activité 2:

      Pour découvrir les antonymes ou contraires:

      Dans ces phrases, remplace les mots en rouge par les mots qui

      ont une signification opposée.

      Texte 1:

      La pomme est un très bon fruit. Il est attrayant à voir, doux au

      toucher, et délicieux à manger. La pomme apporte à la fois

      plaisir et bienfaits sans engendrer de prise de poids.

      Texte 2:

      La pomme est un très mauvais fruit. Elle est répugnante à voir,

      rocheuse au toucher, et amère à manger. La pomme apporte à

      la fois déplaisir et méfaits et engendre la prise de poids.

      Question:

      Qu’est-ce que tu constates en comparant les deux textes?

      • Le premier texte parle positivement de la pomme. Elle peut

      pousser quelqu’un à l’aimer.

      • Le deuxième texte parle négativement de la pomme. Il

      inspire du dégoût envers la pomme.

      Je retiens que:

      • Les antonymes sont des mots de la même catégorie

      grammaticale, mais qui ont un sens contraire. Les mots

      de sens contraire sont les mots de sens opposés:

      1. aimer ≠ détester.

      2. le chaud ≠ le froid.

      3. la paix ≠ la guerre.

      4. encourager ≠ décourager.

      5. vite ≠ lentement.

      • Pour exprimer le contraire de ce qui est dit par un mot, on

      utilise un mot contraire ou antonyme.

      • Tous les mots n’ont pas de contraire. Exemple: table,

      temps.

      • La reconnaissance des antonymes permet:

      (a) d’approfondir une notion: le mot “paix” prend tout son

      sens si on évoque les réalités de la guerre; le mot “été”

      évoqué, entre autres, tout ce que l’on ne peut pas faire

      en hiver;

      (b) de dégager la problématique soulevée par un texte,

      en repérant les antonymes qui établissent des thèmes

      importants.

      Pour reconnaître des synonymes ou des antonymes, le lecteur

      doit consulter avec prudence les dictionnaires de langue en

      portant attention au sens précis du mot selon le contexte où il

      est employé et en notant la nuance particulière de sens qui lui

      est associée. Les mots antonymes sont des outils précieux pour

      saisir le mouvement de la pensée.

      Activités d’application:

      Activité 1:

      Le jeu des contraires:

      Jouons au jeu des contraires: Certains d'entre vous ont reçu

      des cartes en bleus et d’autres en noir. Ceux qui ont reçu des

      cartes en bleu vont se présenter à tour de rôles devant vous en

      présentant leurs cartes. Si une carte qui présente le mot contraire

      à celui de ta carte est présentée, lève-toi et présente ta carte.

      Premier jeu:

      k

      Deuxième jeu:

      l

      Activité 2:

      Relie chaque mot avec son contraire:

      l

      Activité 3:

      Utilise le préfixe im-, in, il-, ir-, mal- pour dire le contraire de

      (a) visible ≠ .............................

      (b) légal ≠ …………………

      (c) honnête ≠ …………………

      (d) utile ≠ .................................

      (e) possible ≠ ................................

      (f) heureux ≠ .................................

      Activité 4:

      Recopie les couples de contraires tirés de cette liste de mots:

      Nouveau, perdre, mou, flâner, ancien, dynamique, intelligent,

      trouble, clair, gagner, stupide, se dépêcher, menaçant, minorité,

      rassurant, majorité.

      Activité 5:

      Ajoute en face de chaque mot, un mot qui veut dire le contraire

      (a) ………… ≠ riche (g) ………… ≠ montez!

      (b) ………… ≠ propre (h) ……… ≠ levez-vous!

      (c) ………… ≠ bon (i) ……… ≠ une arrivée

      (d) ………… ≠ faux (j) ………… ≠ une descente

      (e) ………… ≠ entrez (k) ………… ≠ la nuit

      (f) ………… ≠ avancez (l) ………… ≠ le début

      Activité 6:

      Tu écris le contraire de ces expressions en utilisant ces adjectifs

      qualificatifs suivants: foncé, trouble, obscure, confuse.

      (a) une pièce claire

      (b) un costume clair

      (c) une eau claire

      (d) une réponse claire

      2.6 Les homophones

      À la découverte des homophones

      Activité 1:

      Lis la bande dessinée, et dis si les deux interlocuteurs se

      comprennent bien.

      k

      Activité 2:

      Lis cette comptine, et réponds aux questions qui suivent:

      Comptine: Un homme qui vendait du foie

      s

      Je retiens que:

      Les homophones sont des mots similaires à l’audition mais de

      sens différent.

      Activités d’application:

      Activité 3:

      Complète avec “foi,” “fois,” ou “foie”

      1. Il a une crise de…. il est malade.

      2. Il prie beaucoup….. par jour, il a la…..

      3. Tu me réciteras encore une…… ta leçon.

      4. Je te fais confiance, j’ai….. en toi.

      5. Cette ……-ci, je suis contente de faire ce test.

      6. L’hépatite est une maladie du…….

      7. Elle a été réélue plusieurs. ……

      8. Je me souviens bien de là où je t’ai rencontré pour la

      première …..

      Activité 4:

      Complète avec “leur” ou “leurs”

      1. Ils ont invité ... amis pour la fête.

      2. Il y a des fleurs qui ouvrent ... pétales à midi.

      3. Les commerçants déposent … argent dans les banques.

      4. Tu … ouvres la porte pour pouvoir les accueillir.

      5. Je … dis bonjour en signe de bienvenue.

      6. Nous accueillons … enfants chez nous quand ils sont

      absents.

      7. Vous … racontez une histoire afin qu’ils dorment

      paisiblement.

      8. Les enfants dorment avec … jouets á côtê d’eux.

      9. Elle … chante une berceuse pour montrer sa belle voix.

      10. Les pompiers portent secours aux blessés au péril de … vie.

      Activité 5:

      Complète par un des mots entre parenthéses

      (a) Il a mangé beaucoup de…..mais a encore faim. (“foi /

      fois”)

      (b) Elle est venue deux…… avec deux amies. (fois/ foie)

      (c) Julie ne retrouve plus ni …..stylo ni ….. livre. (son/sont)

      (d) ….. paysage est magnifique! (ce/se)

      (e) Les touristes ….. dirigent vers le sommet. (se/ce)

      Activité 6:

      Lis et cherche dans le dictionnaire le sens de ces différents

      homophones de la langue française.

      kl

      xs

      2.7 La phonétique: Les liaisons

      À la découverte des liaisons phonétiques:

      Comptine: Le pélican

      l

      Le capitaine Jonathan

      étant âgé de dix-huit ans

      capture un jour un pélican

      dans une île d’extrême orient.

      Le pélican de Jonathan

      au matin pond un oeuf tout blanc

      et il en sort un pélican

      lui ressemblant étonnamment.

      Et ce deuxième pélican

      pond à son tour un oeuf tout blanc

      d’où sort inévitablement

      un autre qui en fait tout autant.

      Cela peut durer pendant très longtemps

      si l’on ne fait pas d’omelette avant.

      Robert Desnos, Chantefables

      I. Observe bien les illustrations de ce texte, lis le titre et

      imagine de quoi il parle.

      II. Lecture et explication du texte

      Activité 1:

      Trouve le sens des mots suivants dans le dictionnaire:

      capturer; un pélican; une île; l’extrême orient; pondre;

      ressembler; étonnamment; inévitablement; faire l’omelette.

      III. Lecture et compréhension du texte

      Activité 2:

      Répond à ces questions en vos propres termes.

      1. À quel âge le capitaine Jonathan a-t-il capturé un pélican?

      Où?

      2. Qu’a fait au matin le pélican de Jonathan?

      3. Comment était l’oeuf du pélican de Jonathan?

      4. Qu’en a fait le pélican?

      5. Que fait à son tour le deuxième pélican?

      6. Qu’est-ce qui peut stopper ce cycle oeuf-pélican?

      IV. Expression orale:

      Activité 3:

      Lis plusieurs fois cette comptine à haute voix en prononçant

      les liaisons et les nasalisations comme il faut.

      Cette comptine est à lire et relire, retenir et réciter souvent

      pour maîtriser la prononciation des sons nasals, les liaisons et

      d’autres difficultés phonatoires.

      Les étapes à suivre:

      (a) Lisez-le silencieusement.

      (b) Lisez tous à haute voix en imitant l’enseignant/e.

      (c) Lisez en groupe de deux à deux en vous corrigeant

      mutuellement.

      (d) Lis individuellement et retiens par coeur cette comptine.

      (e) Exerce-toi à réciter cette comptine à haute voix dans

      la cour ou bien dans la nature pour maîtriser la

      prononciation des sons nasals, les liaisons et d’autres

      difficultés phonatoires.

      (f) La mise en commun se fera en classe ou chaque élève

      aura son tour de réciter cette comptine devant la classe

      Activité 4:

      Entraîne-toi à lire ces mots en faisant chaque fois la liaison, là

      où il est nécessaire.

      Exemple: Les amis

      l

      Je retiens que:

      I. Nous avons des liaisons obligatoires dans les cas suivants:

      A. Après un, des, les, ces, mon, ton, son, mes, tes, ses, nos,

      vos, leurs, aux, aucun, tout, quels, quelles, quelques +

      tous les nombres:

      1. Sangwa passe un examen.

      2. Ce sont des études difficiles.

      3. Je dois deux francs à Kagabo.

      4. Les nouveaux ambassadeurs ont été affectés par le

      Ministère des affaires étrangères.

      5. Quel gros oiseau!

      B. Après on, nous, vous, ils, elles:

      1. On a tout compris.

      2. Vous avez le téléphone?

      3. Vous vous êtes bien reposées.

      4. Ils ont de l’énergie.

      C. Généralement après “est” du verbe “être”:

      1. Quelqu’un est entré.

      2. C’est une ville qui est magnifique.

      D. Généralement après “ont” du verbe “avoir”:

      Exemple: Ils ont été élus dans le comité.

      E. Après un adverbe court:

      1. Marc est plus occupé que Luc.

      2. Il a été très étonné de voir ça!

      3. Hier, on s’est bien amusé...

      F. Après “quand” on prononce [t]:

      1. quand + est-ce que: Quand est-ce qu’on arrive?

      2. quand + voyelle: Quand il est là, je suis contente.

      G. Cas unique: Bonjour, comment allez-vous?

      H. Après dans, chez, sans, en:

      1. Elle vit dans un vieux château.

      2. Ils rentrent chez eux en voiture.

      3. Vincent est arrivé en avance.

      I. Expressions figées comme:

      1. Avant-hier.

      2. C’est-à-dire.

      3. De temps en temps.

      4. Plus ou moins.

      5. Un sous-entendu.

      6. Tout à coup.

      7. Tout à l’heure.

      II. Les liaisons interdites

      A. Devant un “h” aspiré:

      1. Ce sont des héros!

      2. Nom singulier + Adjective:

      3. C’est un étudiant intelligent.

      4. C’est du courrier urgent.

      B. Groupe verbal: Sujet + Verbe:

      1. Le train arrive demain.

      2. Quelqu’un est entré.

      3. Les étudiants arrivent à huit heures.

      4. Vincent est arrivé en avance.

      C. Après le verbe:

      1. Elle écrit une lettre à Kagabo.

      2. Tu veux un café?

      3. Elle tient à Paul.

      4. Elle descend à Butare.

      5. Il part avec sa copine.

      D. Devant huit, onze : Ils ont onze ans.

      E. Adverbe + Adjectif:

      C’est vraiment ennuyeux!

      F. Après “quand”, “comment” et “combien”: quand +

      inversion:

      1. Quand est-il arrivé?

      2. Comment est-il venu?

      3. Comment il est venu?

      4. Combien en voulez-vous?

      5. Devant un “h” aspiré: Il habite en haut de cette rue.

      6. Après “et”: Ils ont une fille et un garçon.

      Je découvre et je retiens que:

      1. Il faut faire la liaison:

      4

      g

      2. Il ne faut pas faire la liaison:

      f

      Application: Activités à effectuer oralement

      Activité 1:

      Mots aux difficultés phonatoires.

      Lis, retiens, répète et corrige les difficultés phonétiques en

      dramatisant ces phrases:

      t

      h

      Activité 2:

      Sketch phonétique

      y

      Retenez et jouez deux à deux:

      • Ta tante t’attend.

      • J’ai tant de tantes. Quelle tante m’attend?

      • Ta tante Antoinette t’attend.

      Activité 3

      Lis les phrases suivantes en marquant les liaisons:

      1. Nous faisons des études humanitaires.

      2. Elle aime les oranges.

      3. Tu penses à ton avenir.

      4. Elle est passée chez elle.

      5. Ça fait dix ans que nous sommes ici.

      6. Les écoliers sortent dans la cour.

      7. L’ardoise est cachée sous une feuille.

      8. Vous avez le téléphone?

      9. Il a été très étonné de voir ça.

      10. En hiver, les oiseaux ont faim.

      11. Les petites araignées montent sur le mur.

      12. Le vendredi, nous allons à la piscine.

      13. La secrétaire lit les petites annonces.

      2.8 Le résumé d’un petit roman de jeunesse

      s

      Résumé du livre “La gloire de mon père, de Marcel Pagnol”

      Dans cette autobiographie, Marcel Pagnol nous raconte son enfance,

      sa naissance à Aubagne et nous parle de sa famille.

      Son père, Joseph Pagnol, est instituteur à Aubagne, une bourgade

      traversée par la route qui va de Marseille à Toulon. C’est dans cette

      ville que Joseph rencontre Augustine, une jeune couturière. Ils se

      marient et de leur union naissent Marcel et Paul.

      Enfant précoce, Marcel apprend à lire seul avant cinq ans mais sa

      mère Augustine s’en inquiète et le prive de lecture jusqu’à l’âge de

      sept ans.

      Quelques années plus tard, Joseph est nommé à Marseille et le

      jeune Marcel a alors six ans. Tous les jeudis et dimanches, il est

      confié à sa tante Rose, la soeur aînée de sa mère, qui l’emmène

      jouer au Parc Borély. C’est dans ces moments de détentes que Rose

      rencontre Thomas (Jules), qui se faisait passer auprès de Marcel

      pour le propriétaire du Parc. Malgré leur dix ans de différences,

      Rose épouse le propriétaire du “Parc Borély”.

      Lire un roman

      Exemple de romans qui peuvent être lus:

      1. Marcel Pagnol, auteur français, a écrit une série de quatre

      romans autobiographiques appelée “Souvenirs d’enfance à

      savoir”:

      • La Gloire de mon père 1957

      • Le Château de ma mère 1957

      • Le Temps des secrets 1960

      • Le Temps des amours 1977

      2. Camara Laye: “L’enfant noir”

      Camara Laye est né en 1928 en Guinée(Conakry), et il est décédé

      en 1980 au Sénégal.

      Il est le descendant d'une famille très attachée aux traditions. À

      la fin du lycée, il a quitté la Guinée pour suivre en France des

      études de mécanique qui lui ont valu un diplôme d'ingénieur. C'est

      dans ce pays qu'il a écrit en 1953 son premier roman, l'Enfant noir

      (1953), très autobiographique et dans lequel il évoque son enfance

      guinéenne.

      Il a publié aussi:

      • Le Regard du roi (1954)

      • Dramouss (1966)

      • Le Maître de la parole(1978)

      Faire la fiche de lecture d’un livre lu

      Voici un formulaire d’une fiche de lecture

      Fiche de lecture

      Titre du livre (sous-titres): ..................................................

      Auteur (s): .....................................................................

      Éditeur: ............................................................................

      Collection: ........................................................................

      Date d’édition: …………………………………....……….…….

      Nombre de pages: .............................................................

      (Traduit de quelle langue?): ...............................................

      L’auteur: ..........................................................................

      Le genre: .........................................................................

      Le cadre: .........................................................................

      Les personnages principaux: ...............................................

      Résumé bref: ....................................................................

      ........................................................................................

      Extrait: .............................................................................

      Appréciation personnelle: ...................................................

      ........................................................................................


      Fiche de lecture: “La gloire de mon père”

      Personnages principaux:

      Marcel: L’auteur Marcel Pagnol, encore enfant dans le récit.

      Paul: Le petit frère de Marcel. Marcel Pagnol parle ensuite

      de son petit frère, Paul, qui ressemblait beaucoup à ce

      fameux grand-père mort à Rio de Janeiro, il avait comme lui

      les cheveux blonds et les yeux bleus. Ce petit Paul était très

      gourmand, sa mère lui faisant expulser à plusieurs reprises

      noyaux de pêches, olives noires ou lanière de lard.

      Joseph: Le père de Marcel qui est instituteur et un grand

      érudit, élevé par l’école républicaine.

      Augustine: La mère de Marcel, couturière et très sensible.

      Rose: Soeur d’Augustine et femme de Jules.

      Jules (Oncle Jules): Mari de Rose et oncle de Marcel. II est

      fonctionnaire à la Préfecture de Marseille et est grand chasseur.

      Je retiens que:

      Comment lire un roman, le comprendre et garder en mémoire

      ce qu'on a lu?

      • Il faut compléter une fiche de lecture

      Une fiche de lecture sert à conserver en mémoire les informations

      utiles tirées de la lecture d’un livre, d’un recueil, ou d’un article.

      Une fiche de lecture se prépare en lisant le livre

      • Il faut prendre des notes au brouillon en y reportant les

      numéros de pages pour gagner du temps.

      • Il faut lire le livre avec un crayon à la main, compléter

      au fur et à mesure sa fiche au crayon à papier avant de

      la mettre au propre au stylo.

      1. En haut de la fiche, on indique les références

      bibliographiques complètes du livre:

      (a) Titre du livre et sous-titres, soulignés.

      (b) Auteur.

      (c) Date de la première publication (indiquée au bas de la

      deuxième page, juste derrière la page portant le titre ; ne

      pas confondre avec la date d’impression indiquée à la fin

      du livre).

      (d) Éditeur (Maison d’Edition)

      (e) Collection

      (f) Nombre de pages. (Traduit de quelle langue si c’est une

      traduction?)

      2. On fournit ensuite des renseignements complémentaires

      sur l’auteur (10 lignes maximum).

      • Est-ce un homme ou une femme? Quelle est sa

      nationalité? Date de naissance et éventuellement de

      mort. Avait-il d’autres activités que la littérature?

      • Titres de quelques autres oeuvres importantes de

      l’auteur.

      3. Le genre:

      • S’agit-il d’un roman (d’aventures, policier,

      psychologique, fantastique, de science-fiction,

      historique, humoristique...), d’une autobiographie,

      d’une biographie, d’un conte, d’une légende, d’une

      nouvelle, d’une pièce de théâtre, de poésie, d’une

      correspondance, d’un journal intime, de témoignages,

      d’une bande dessinée, etc. [assure-toi que tu connais

      bien le sens de ces mots].

      4. Le cadre:

      Dans quel pays, quelle région, quelle ville, quel quartier,

      l’histoire se déroule-t-elle? À quelle époque? (Dans quel

      contexte historique?)

      5. Les personnages principaux:

      • Nom? Age? Situation ou profession? Aspect physique?

      Caractère? Milieu social? Quelles relations existe-t-il

      entre eux? On peut présenter ces relations sous forme

      de schéma.

      6. On fait enfin un résumé du livre et on donne son avis.

      Résumé bref (entre 10 et 20 lignes maximum)

      • Ne parler que de l’action principale (seulement les

      évènements importants). Pour un roman, éviter de

      révéler la fin.

      Extrait: Choisis une phrase, un paragraphe, un passage qui t’a

      plu et que tu aimerais lire à d’autres pour leur donner envie de

      lire à leur tour. Recopie-le. Essaie d’expliquer ce que tu as aimé

      dans ce passage.

      Appréciation personnelle: Ce livre t’a-t-il plu? Un peu?

      Beaucoup? Passionnément? Utilise plusieurs adjectifs, les plus

      précis possibles, pour dire comment tu l’as trouvé et explique

      pourquoi de manière rédigée.

      Exemple: intéressant, palpitant, instructif, émouvant, triste,

      amusant, beau, captivant, tragique... Bien vérifier le sens des

      adjectifs employés dans le dictionnaire.

      • As-tu trouvé ce livre facile à lire? Assez facile? Ou

      difficile? Pourquoi?

      Donne ton avis sur les caractéristiques “physiques” du livre: sur

      son format, sa couverture, la forme et la taille des caractères

      typographiques, le nombre de pages, les illustrations, ….

      Faire un exposé à partir de la lecture d’un livre

      k

      Le contenu de l’exposé

      Comme dans tous les travaux écrits ou oraux, il est nécessaire

      de construire l’exposé afin que le public comprenne bien de quoi

      il s’agit. On distingue trois grandes parties.

      1. L’introduction sert à:

      • annoncer le sujet sur lequel portera l’exposé (titre,

      auteur).

      • présenter rapidement le thème du livre, l’auteur.

      • annoncer le plan de l’exposé (3 parties au maximum).

      2. Le développement fournit:

      • un résumé complet du livre sans les détails, sans

      dialogue.

      • une présentation des personnages principaux (nom,

      fonction, relation entre eux, rôle dans l’histoire, etc.).

      3. La conclusion:

      C’est le moment de faire le bilan de l’exposé en reprenant les

      grandes lignes (rappeler le titre et le contenu du livre) et surtout

      de dire ce qu’on a pensé de la lecture.

      Pourquoi avoir choisi ce livre? L’a-t-on apprécié et pourquoi? Le

      conseillerait-on?

      Les parties 1 et 2 du développement peuvent être inversées. Ce

      qui est important, c’est d’éviter les répétitions et de permettre

      à ceux qui écoutent de bien comprendre l’histoire qui leur est

      racontée.

      La forme de l’exposé

      Je retiens que:

      • Le travail est effectué à l’oral. Il est essentiel de respecter

      un certain nombre de critères qui figurent dans le

      tableau ci-dessous.

      • L’idéal est de ne pas avoir de notes et de parler au tableau

      avec le livre à la main. Éventuellement, on vous autorise

      un petit papier de 4 x 4 cm sur lequel sont simplement

      notés les noms propres et les dates difficiles à retenir.

      Ainsi, vous êtes obligé de regarder votre public et ne

      devez pas vous contenter de lire.

      • Un exposé incomplet mais personnel, spontané et

      vivant est meilleur qu’une longue lecture monotone.

      d

      2.9 Poème: Souviens-toi

      Souviens-toi de la douceur d’un soir

      Auprès d’une fontaine

      De la danse de l’herbe qui plie

      Sous le vent, de l’eau qui coule

      Au fond de la vallée.

      Souviens-toi, souviens-toi de la course folle

      Dans les plaines sèches brûlées par la flamme

      Quand la forêt se pulvérise.

      Souviens-toi de tes premiers jours de l’école

      De l’alphabet rebelle

      De la suite des nombres, des divisions multiples

      Dans la poussière malléable.

      Souviens-toi de la tendresse maternelle

      Des mains de ta mère modelant ton visage

      Les nerfs tendus par les rayons durs

      Du soleil canicule

      Trésor sans prix, inégalable, mère.

      J.B. Mutabaruka, Le chant du tambour, Revue Afrique

      Jean-Baptiste Mutabaruka est un poète rwandais. Né à

      Rwamashyongoshyo en 1937, il a fait paraître vers 1963 les

      Feuilles de mai et les Chants du tam-tam.


      I. Lecture et explication du texte

      Activité 1:

      Lis silencieusement ce texte en notant sur une feuille les mots

      nouveaux.

      Activité 2:

      Cherche le sens des mots qui suivent: la douceur; la fontaine;

      plier; folle; la flamme; pulvériser; rebelle; malléable; tendresse;

      modeler; les nerfs; canicule; trésor; inégalable.

      Question de compréhension:

      1. À qui semble parler l’auteur?

      2. De quoi dit-il à son interlocuteur de se souvenir?

      3. Pourquoi dit-il que l’alphabet est rebelle?

      4. Qui est qualifié de “trésor sans prix” et de “inégalable”?

      Pourquoi?

      5. Partages-tu cette vue de l’auteur?

      Dramatisation du poème

      Retiens ce poème et dramatise-le devant tes camarades.

      Les capacités acquises à la fin de ce deuxième contexte:

      • Communiquer oralement et par écrit dans les situations

      en rapport avec les souvenirs d’enfance.

      • Utiliser correctement la voix active et la voix passive.

      • Accorder le participe passé des verbes pronominaux.

      • Utiliser correctement les synonymes et les antonymes.

      2.10 Évaluation des compétences à la fin

      du deuxième contexte

      Texte: La rentrée scolaire

      J’ai toujours beaucoup aimé les rentrées: préparer mes affaires,

      choisir la tenue, voir ma nouvelle maîtresse, ou maître, ma

      nouvelle classe etc.

      À cette époque, l’année scolaire commençait en septembre pour

      se terminer en juin, et puis, on passait deux mois en vacances.

      Pour moi qui aimais tant l’école, deux mois me paraissaient

      toute une éternité.

      Après deux longs mois de vacances d’été, j’étais toujours

      impatiente de revoir mes amis et amies à l’école pour leur

      raconter toutes mes aventures de l’été. Je me préparais donc

      avec grand soin à ce grand jour: tout devait être parfait: ma

      tenue comme mes stylos et mes cahiers.

      Il fallait bien-sûr passer par l’étape des fameuses courses de la

      rentrée. J’ai toujours aimé choisir avec soins mes stylos et mes

      cahiers.

      Les rentrées scolaires sont comme le nouvel an, on a de bonnes

      résolutions en tête: bien travailler, avoir de bonne –notes ou bien

      être bien habillé(e). Je me souviens de la joie de retrouver mes

      camarades dans la cour de récréation, mais aussi de l’inquiétude

      face au nouveau maître ou à la nouvelle maîtresse: “A-t-il/elle

      des règles strictes?”, “Est-ce qu’il ou elle crie beaucoup?”, “On

      aura beaucoup de devoirs?”.

      Durant la journée, je me souviens aussi du sérieux dont tout le

      monde faisait preuve dans la classe. Nous notions soigneusement

      les consignes dans le cahier de textes avec notre plus belle

      écriture.

      Nous placions soigneusement les couvertures sur les cahiers.

      De retour à la maison, je racontais tout à mes parents sur cette

      journée, que ce soit à propos de ma motivation à bien travailler.

      Et bien-sûr, le soir, au moment du coucher, toujours la même idée

      en tête: “Ça va être une super année et demain, je m’amuserai

      encore plus!” J’espère que vous éprouvez la même impatience

      de revenir dans les salles de classe!

      La Rentrée scolaire: de bons souvenirs d’enfance, par Léontine.

      I. Lexique:

      Trouve le sens des expressions et mots suivants et utilise-les

      dans des phrases simples:

      (a) Préparer mes affaires

      (b) Deux mois me paraissaient toute une éternité

      (c) Impatiente

      (d) Courses de la rentrée

      (e) Résolutions

      (f) Les consignes

      II. Questions de compréhension

      1. Est-ce une fille ou un garçon qui raconte l’histoire?

      Explique.

      2. Le narrateur aimait l’école ou pas? Explique.

      3. Quand commence votre année scolaire?

      4. Aimes-tu aussi les rentrées? Qu’est-ce qui t’intéresse

      davantage pendant la période de la rentrée scolaire?

      5. L’auteur dit que les rentrées scolaires sont comme le

      nouvel an. Pourquoi?

      6. As-tu aussi les mêmes résolutions au début de l’année?

      Quel est le terme du kinyarwanda qu’on utilise actuellement

      qui peut avoir le même sens que “les résolutions?”

      7. Les élèves ont souvent de l’inquiétude face au nouveau

      maître, ou à la nouvelle maîtresse. Laquelle?

      8. Y a-t-il une raison de s’inquiéter face au nouveau maître

      ou à la nouvelle maîtresse? Explique.

      III. Questions sur la voix active et la voix passive

      1. Découvre si ces phrases sont à la voix active ou passive.

      Ensuite, transforme-les.

      (a) Mutesi aime Bugingo.

      (b) Le gorille a mangé la banane.

      (c) Gatabazi balaiera la classe.

      (d) Le but a été marqué par Gatera.

      (e) Mukunzi a bousculé Rukundo.

      (f) La pluie a inondé le terrain.

      (g) Mahoro était trop gâtée par son père.

      (h) Un appel urgent a été reçu par les pompiers.

      (i) Elle a été soignée par un excellent docteur.

      (j) Le téléphone fut inventé au dix-neuvième siècle.

      2. Mets les phrases suivantes à la forme passive (respecte les

      temps.

      (a) Le mécanicien répare la voiture.

      (b) Le metteur en scène dirige les acteurs.

      (c) Les électeurs éliront le Président de la République.

      (d) Les discours du député n’intéressaient personne.

      (e) Bugingo a pris ces photographies.

      (f) Le directeur va embaucher un secrétaire.

      (g) Le chef du gouvernement va proposer des réformes.

      (h) Le Ministre de la santé va prendre des mesures contre la

      malaria.

      (i) On vient de vendre cette maison à la Mairie.

      (j) Vous pourrez présenter votre projet.

      IV. Questions sur les participes passés des verbes

      pronominaux

      Réécris ces phrases en conjuguant et en accordant comme il

      faut les verbes pronominaux.

      1. Elles sont allées au lac et (beaucoup s’amuser, P.C.).

      2. Je (se lever, P.C.) ce matin à 5 heures.

      3. Elle (ne pas s’habituer, P.C.) à sa nouvelle vie en Tanzanie

      depuis pas mal de temps.

      4. Nous (se écrire, P.C.) plusieurs lettres pendant deux ans

      avant de nous rencontrer.

      5. Ils ont marché ensemble, mais ils (ne rien se dire, P.C.) tout

      le long du chemin.

      6. Nous allons (s’offrir) beaucoup de cadeaux pour nos vingt

      ans de mariage l’année prochaine.

      7. Je (se laver, P.C.) les dents après le repas du soir!

      8. Pourquoi vous (ne pas se poser, P.C.) la question de savoir

      si la terre tourne?

      V. Questions sur les antonymes

      1. Trouve le contraire de

      (a) Accepter ≠ ……………. .

      (b) Éloigner ≠ ………………

      (c) Exigu ≠ ……………. ..

      (d) Majeur ≠ ……………

      (e) Nécessaire ≠ ………

      (f) Pacifique ≠ ………….

      2. Associe chacun des mots de la liste avec son contraire.

      (a) Approuver ≠ …………… … …

      (b) Le calme ≠ …………….………

      (c) Direct ≠ ……………… ……….

      (d) Lisse ≠ ………………….. …….


      (e) Silencieux ≠ ……………..…. …

      (f) Stérile ≠ ………………………...

      3. Peux-tu supprimer le préfixe pour trouver un contraire?

      défaire – déshabiller – irréel – irrégulier – maladroit –

      malheureux – mécontenter.

      4. Donne la réponse aux questions suivantes:

      (a) Le synonyme de “content” est:

      (b) Le contraire de “content” est:

      (c) Le synonyme d “océan” est:

      (d) Le synonyme de “incompétent” est:

      (e) Le contraire de “parler” est:

      (f) Le synonyme de “mort” est:

      (g) Le contraire de “mort” est:

      5. Utilise des préfixes pour former des mots de sens contraire,

      et puis, utilise-les dans de phrases simples:

      (a) habiller – honorer – enchanter – saisir – obliger.

      (b) bienvenu – bienveillant – bonheur – bienfaisant.

      (c) légal – maculé – cohérence – habituel.

      (d) connaître – dire – estimer – contenter – entente

      VI. Questions sur les synonymes

      1. Remplace le verbe “mettre” par des verbes plus précis:

      Mukarugwiro nous explique comment on prépare la sauce

      d’arachide:

      • Tu fais griller les arachides dans une poêle. Tu écrases

      les arachides grillées pour avoir de la pâte.

      • Tu mets un peu d’eau froide dans cette pâte.

      • Tu mets la casserole sur le feu.

      • Tu y mets un peu d’huile sur la casserole, pas plus de

      trois cuillères à soupe.

      z

      V. Composition:

      Compose un petit résume de dix lignes maximum d’un livre que

      tu as lu.





      • Compétence clé:

        Communiquer oralement et par écrit dans les situations en rapport

        avec la jeunesse face aux défis actuels.

        3.1 Débat sur la vente d’alcool aux

        mineurs

        l

        Journaliste: Le Rwanda a adopté une loi qui interdit la vente

        des boissons alcoolisées et du tabac aux enfants de

        moins de dix huit ans. Pour savoir ce qu’en pense la

        jeunesse, nous avons organisé un débat au téléphone

        sur cette loi. Voici quelques idées des intervenants.

        Mukashema

        Agnès:Allo! Je m’appelle Agnès. J’appelle à partir de

        Karongi. Je suis pour l’interdiction de la vente de

        boissons alcoolisées aux mineurs. En effet, pour

        qu’une société tienne la route il faut quelques

        mesures. Cette loi est une bonne mesure pour la

        jeunesse rwandaise.

        Mutabazi

        Jean

        Baptiste:Moi, je m’appelle Mutabazi Jean Baptiste. Je suis

        à Nyagatare. Pour moi, cette loi est non praticable

        car elle n’empêchera pas les mineurs de consommer

        l’alcool si leurs parents ne s’impliquent pas. Informer

        me paraît la méthode la plus efficace.

        Umulisa

        Alice:Mon nom, c’est Alice. Je suis à Nyamasheke. Je

        soutiens cette loi car le jeune à qui on interdit d’entrer

        dans des cabarets comprend qu’il n’est pas autorisé

        de prendre l’alcool. En leur interdisant, on fait passer

        le message que ce n’est pas bien.

        Sangwa

        Cédric:Moi c’est Cédric je suis à Rubavu. Pour moi, l’alcool

        est un vrai fléau. Il ne suffit pas de l’interdire aux

        jeunes, mais aussi il faut absolument arrêter toute

        publicité à ce sujet. À part les jeunes, il n’y a pas de

        retombées positives pour toutes les personnes. Pour

        cette raison, moi j’irais même plus loin pour exiger l‘

        interdiction totale de la publicité en matière d’alcool.

        Mutoni

        Martine:Moi, c’est Martine. Je suis à Rwamagana. Je suis

        caissière à l’hôtel. Des jeunes qui viennent acheter

        de l’alcool, on en voit passer. On le leur refuse, s’ils

        sont mineurs et que vont-ils faire? Eh bien, ils vont

        voir un adulte irresponsable pour que celui-ci le leur

        achète. À mon avis, l’éducation devrait commencer

        par les adultes pour qu’ils assument un peu plus de

        responsabilité vis à vis des mineurs en refusant de

        leur acheter l’alcool.

        La

        journaliste:Mais, la loi condamne aussi bien l’adulte qui donne

        des boissons alcoolisées à un enfant, ou bien qui

        l’envoie lui acheter de l’alcool ou du tabac. Vous

        croyez que ça ne suffit pas?

        Butera

        Brian:Allo ! Je m’appelle Brian. Je suis à Byumba. Comme

        le disait Martine, je dois avouer qu’il est toujours

        difficile de trancher sur l’âge d’une personne. Il m’est

        déjà arrivé de demander à un jeune homme de me

        présenter une pièce d’identité pour pouvoir lui vendre

        de l’alcool, et celui-ci était majeur depuis pas mal de

        temps. J’avoue que j’ai été gêné par cette conduite

        de ma part. Il y a certaines gens qui paraissent moins

        que leur âge. Je suis pour cette interdiction, mais je

        crains qu’elle ne suffise pas à régler le problème.

        Umwiza

        Blandine:Moi, c’est Blandine. Je suis à Huye. À mon avis,

        une telle interdiction sera évidemment difficile à être

        appliquée dans le commerce, mais elle aura déjà le

        mérite d’exister. Si la volonté d’application est bien

        réelle, c’est un premier pas. Peut-on raisonnablement

        ne rien faire pour lutter contre l’alcoolisme des jeunes

        qui est surtout la cause de tous les vices à savoir: la

        drogue, la prostitution, l’oisiveté, le tabagisme, la

        délinquance juvénile, et j’en passe.

        Journaliste: Alors, proposez d’autres solutions qui puissent

        accompagner efficacement cette interdiction.

        Saba Édith: Je m’appelle Edith. J’appelle de Musanze. Il faut

        responsabiliser les “mineurs” à ne pas consommer

        de l’alcool. Une bonne information aux jeunes sur les

        effets de la consommation de l’alcool et des drogues

        me paraît une meilleure prévention. Si nous nous

        limitons à interdire et à appliquer la loi avec rigueur,

        demain nous aurons un monde trop policé et surtout

        non responsable.

        Rukundo

        Philippe:Moi, c’est Philippe. Je suis à Kigali. Je trouve l’idée

        d’Édith géniale. Je pense qu’il faut responsabiliser les

        enfants dès le plus jeune âge en éduquant pour éviter

        les excès que l’on fait quand on est adolescent et

        un peu après. Cela permettrait d’éviter le plus grand

        risque qui est celui de sombrer dans l’accoutumance.

        Journaliste: De tout ce que vous venez de dire, on peut conclure

        que la loi interdisant l’alcool et le tabac aux mineurs

        est nécessaire, mais qu’elle doit être accompagnée

        par une sensibilisation sur les effets de la

        consommation de l’alcool et des drogues. Merci à

        vous tous pour vos interventions. À la prochaine.

        I. Lecture et explication du texte

        Activité 1:

        Observe les illustrations du texte, lis le titre et imagine la

        situation

        Activité 2:

        Lis silencieusement ce texte en notant sur une feuille les mots

        nouveaux

        Activité 3:

        Cherche le sens des mots qui suivent: se procurer; transgression;

        fléau; banaliser; des retombées; une hôtesse; irresponsable;

        ivre; avouer; trancher; être gêné; avoir le mérite; les défis; la

        drogue; la prostitution; un monde trop policé:

        Activités d’application:

        Activité 1:

        Voici une page de quelques mots rencontrés dans le texte-débat

        tels que définis dans le dictionnaire: Lis-les attentivement pour

        maîtriser leur orthographe et leurs sens.

        L’accoutumance: Fait, pour un être animé, de s’accoutumer ou

        d’être accoutumé (à quelqu’un ou à quelque

        chose). L’accoutumance c’est le phénomène

        biologique qui permet à l’organisme de

        s’adapter progressivement à certaines

        substances toxiques et à en tolérer des doses

        quotidiennes qui seraient mortelles pour un

        organisme vierge.

        La délinquance: État de celui qui commet un délit.

        L’excès: Fait, acte d’aller au-delà de ce qui est permis,

        convenable dans le cadre d’une réglementation

        ou au regard des normes de la morale, de

        l’esthétique ou des convenances sociales.

        Géniale: Qui relève du génie, qui est la marque du génie,

        qui a les caractères du génie. Remarquable,

        singulier.

        Juvénile: Qui se manifeste pendant la jeunesse. Qui

        touche les jeunes, la jeunesse.

        La modération: Éloignement de tout excès dans le luxe ou

        dans les plaisirs.

        L’oisiveté: État d’une personne qui ne fait rien,

        momentanément ou de façon durable, qui

        n’a pas d’occupation précise ou n’exerce pas

        de profession.

        Policer: Réglementer, discipliner.

        Le tabagisme: Intoxication aiguë ou chronique de nature

        physiologique et psychique provoquée par

        l’abus du tabac.

        Activité 2:

        Utilise ces mots dans de simples phrases.

        1. L’oisiveté

        2. La délinquance

        3. Juvénile

        4. La modération

        5. L’excès

        6. L’accoutumance

        Activité 3:

        Travail de recherche:

        Fais de même pour les autres mots du texte que tu ne connais

        pas de façon à avoir ton propre carnet de vocabulaire.

        II. Lecture et compréhension du texte

        Activité 4:

        Lisez le texte en groupe et puis répondez aux questions

        suivantes:

        1. Quel est le thème du débat?

        2. Parmi les intervenants, qui sont pour l’adoption d’une loi

        interdisant la vente de l’alcool et du tabac aux mineurs?

        3. Qui sont contre?

        4. Qui sont pour l’adoption de cette loi à condition qu’elle soit

        accompagnée par d’autres mesures?

        5. Y a-t-il une mesure à accompagner la loi qui a été proposée

        dans ce débat? Laquelle?

        6. Pour toi, quelle est ta position?

        III. Expression orale

        Raconte brièvement ce qui est dit dans le texte.

        IV. Auto-dictée

        Lis attentivement cette phrase, ferme le livre, écris-la dans ton

        cahier. Et puis, vérifie ta réponse:

        Tous les adolescents ont avant tout le désir de l’interdit et de la

        transgression. Plus c’est interdit, plus on a envie de goûter. Informer

        me paraît la méthode la plus efficace

        V. Analyse critique

        Appréciez les différentes interventions dans ce débat.

        Exemple:

        J’ai trouvé bon, convaincant, banal, … l’intervention

        de…….. Parce que …..

        VI. Lecture-entraînement: Lecture expressive du texte

        Activité 1:

        Lisez un à un le texte à haute voix. Chaque élève lis une séquence

        du texte formant une unité de sens pour ses camarades, le

        deuxième lis la suite, ainsi de suite.

        Activité 2:

        Jeu pour apprendre à articuler correctement les expressions

        nouvelles en respectant l’intonation:

        Je pointe un mot ou un groupe de mots et tu les lis à haute

        voix.

        1. L’oisiveté

        2. La délinquance juvénile

        3. La modération

        4. L’excès

        5. L’accoutumance

        VII. Jeux dramatiques

        Constituez des groupes de 10 personnes et lisez en imitant les

        différents acteurs.

        VIII. Table ronde

        Organisez une table ronde sur l’un des thèmes suivants :

        (a) L’oisiveté

        (b) Le tabagisme

        (c) Le chômage

        IX. Expression écrite et orale:

        En groupe, composez un débat que vous présenterez devant la

        classe, dans lequel vous discuterez des défis de la jeunesse en

        utilisant:

        (a) Le lexique relatif aux défis de la jeunesse: défi, drogue,

        tabagisme, alcoolisme, oisiveté, délinquance juvénile,

        prostitution, pédophilie, homosexualité …

        (b) Les expressions telles que: je suis pour, je suis contre, à

        mon avis, c’est une bonne idée, j’aimerais connaître, je

        trouve cette opinion bonne, …. je pense que, je trouve

        que, je crois que, mieux vaut …

        (c) Les adjectifs tels que: génial, intéressant, ridicule,

        dégoûtant …

        (d) Les verbes d’opinion tels que: penser, suggérer, proposer

        3.2 La conjugaison au subjonctif présent

        À la découverte de la conjugaison au subjonctif:

        Activité 1:

        Lis ces deux textes.

        Texte A: Premiers secours pour saignement de

        nez

        k

        Chaque fois que je suis pris d’un saignement de nez, il faut que

        je me rende dans un lieu frais; que je tienne la tête levée; que je

        réduise l’hémorragie en serrant les narines avec les doigts; que

        je respire largement par la bouche; que je mette des compresses

        d’eau froide sur le front et que je conduise le sang vers les

        membres inférieurs au moyen de sinapismes.

        En cas d’insuccès, il faudrait que je torde un tampon de charpie

        imbibé de vinaigre et que je l’introduise dans le nez; que j’attende

        avec patience et que je ne retire pas le tampon avant que le

        saignement soit arrêté.

        Texte B: Les voeux de nouvel an

        l

        1. “Que cette année qui vient soit pour toi une année pleine

        de joie; que l’amitié et l’amour ne te fassent jamais défaut,

        que la prospérité s’invite chez toi.”

        2. “Que cette année nouvelle t’apporte tout ce que tu désires;

        qu’elle te réserve également le bonheur.”

        3. “Je souhaite que l’amour se tienne à tes côtés, que la

        prospérité s’invite à ta table, que la bonne santé soit

        ta meilleure alliée, et que l’année entière te comble et

        t’épanouisse.”

        Activité 2:

        Dis le mode des verbes en gras dans les phrases suivantes et

        ce qu’ils expriment:

        (a) Il faudrait que je me rende dans un lieu frais, que

        je tienne la tête levée; que je réduise l’hémorragie

        en serrant les narines avec les doigts; que je respire

        largement par la bouche; ….

        (b) “Que cette année qui vient soit pour toi une année pleine

        de joie; que l’amitié et l’amour ne te fassent jamais

        défaut, que la prospérité s’invite chez toi.”

        Activité 3:

        Pour conclure tu pourrais dire que le subjonctif sert à quoi?

        Le subjonctif sert:

        1. À exprimer l’ordre ou le souhait dans une proposition

        subordonnée.

        Exemple:

        (a) Il faudrait que je me rende dans un lieu frais (ordre).

        (b) Que cette annee nouvelle soit pour toi une année pleine

        de joie (souhait).

        2. À exprimer le désir, la volonté, l’exigence (vouloir, exiger)

        ou un sentiment (souhaiter, avoir envie...) dans une

        subordonnée (qui dépend donc d’une principale).

        Exemple: Je veux/Je souhaite/J’exige/J’ai envie que tout le monde

        soit heureux.

        On le trouve après de nombreuses expressions: afin que, bien que,

        quoique, pour que, avant que, jusqu’à ce que, pourvu que...

        Exemple: Bien qu’il ne soit pas d’accord, il n’a pas discuté la

        décision.

        On le trouve également après les verbes d’obligation: il faut, il est

        nécessaire que.

        Exemple: Il faut que tu apprennes ta leçon.

        Les valeurs du subjonctif présent

        Le subjonctif exprime un souhait, un désir, un ordre, un doute,

        un conseil ou une supposition. La plupart du temps, ces verbes

        se retrouvent dans une proposition subordonnée introduite par la

        conjonction que.

        Les terminaisons du subjonctif présent:

        (a) Tous les verbes (sauf avoir et être) ont les mêmes

        terminaisons: -e, -es, -e, -ions, -iez, -ent.

        (b) Les verbes du deuxième groupe ont l’élément “-ss-” qui

        apparaît entre le radical et la terminaison.


        Voici les terminaisons du subjonctif présent:

        ;

        cd

        Activités d’application

        Activité 1:

        o

        Activité 2:

        ;

        3.3 Texte: La pédophilie: Comprendre

        pour éviter

        l

        Le pédophile n’a pas de signes extérieurs particuliers. On le

        rencontre dans toutes les classes sociales, toutes les religions,

        toutes les professions. C’est ce qui le rend difficile à reconnaître,

        à repérer. Il recherche son plaisir sexuel avec des enfants.

        Certains semblent s’attacher aux familles. Ils emmènent les

        enfants en vacances, au restaurant, leur font des cadeaux. Ils se

        considèrent eux-mêmes comme des bienfaiteurs! Ils s’efforcent

        de donner aux familles des enfants une image positive. Pourtant,

        ceux-ci, placés dans une dépendance affective et financière,

        subissent des dommages considérables et irréversibles.

        Les enfants qui ont subi la pédophilie sont incapables de fournir

        les efforts pour une formation professionnelle quelconque, et,

        la plupart du temps, lorsqu’ils ont passé l’âge de plaire aux

        pédophiles, ils sont condamnés à devenir eux-mêmes proxénètes.

        Suite au progrès de la communication, les enfants doivent éviter

        de trop communiquer avec des personnes adultes qui sont

        inconnues de leurs parents. Les prédateurs sexuels utilisent

        souvent les téléphones ou l’internet et se font souvent passer

        pour des enfants ou des adolescents pour tromper les enfants.

        Par conséquent, il doit y avoir des règles en place pour limiter

        le temps que les enfants passent à discuter sur les réseaux

        sociaux. Ils doivent discuter régulièrement avec leurs parents sur

        des personnes avec qui ils parlent en ligne.

        Puisque les enfants qui ne reçoivent pas suffisamment d’affection

        sont plus vulnérables aux pédophiles, il faut que les enfants

        passent beaucoup de temps avec leurs parents pour qu’ils se

        sentent soutenus, et qu'ils construisent avec eux une relation

        ouverte basée sur la confiance.

        En plus, les enfants doivent pouvoir éviter les attouchements

        inappropriés. En effet, il y a trois différentes sortes de gestes.

        Il y a des bons gestes, par exemple une tape dans le dos. Il y a

        de mauvais gestes, par exemple un coup de poing ou un coup

        de pied. Il y a des gestes secrets, pour lesquels il est souvent

        demandé à l’enfant de ne pas en parler, par exemple des touches

        sur les parties intimes.

        Tout enfant doit savoir qu’il y a certains gestes qui ne sont pas

        bons et si cela lui arrive, il devrait aller en parler immédiatement

        à ses parents ou à ses éducateurs. Personne n’a le droit de

        toucher l’enfant sur ses parties intimes. Les enfants doivent

        savoir dire “non” et s’en aller si quelqu’un essaye de les toucher

        sur ces parties. Si quelqu’un vous touche sur les parties intimes

        allez voir immédiatement votre parent ou votre éducateur pour

        le lui annoncer.

        I. Lecture et explication du texte

        Activité 1:

        Observe l’illustration du texte, lis le titre et imagine la situation.

        Activité 2:

        Lis silencieusement ce texte en notant sur une feuille les mots

        nouveaux

        Activité 3:

        Cherche le sens des mots qui suivent:

        1. La pédophilie

        2. Les réseaux sociaux

        3. Affection

        4. Être vulnérable

        5. Une tape

        Activités d’application:

        Activité 1:

        Voici une page de quelques mots rencontrés dans le texte avec

        leur sens: Lis-les attentivement pour maîtriser leur orthographe

        et leur sens.

        e

        l

        Activité 2:

        Trouve le sens de cette expression:

        • Se faire passer pour

        Activité 3:

        Utilise ces mots dans de phrases simples.

        (a) Repérer

        (b) Dépendance affective et économique

        (c) Des dommages

        (d) Irréversibles

        (e) Proxénètes

        (f) Prédateurs

        (g) Attouchements inappropriés

        (h) Les parties intimes

        Activité 4:

        Fais de même pour les autres mots du texte que tu ne connais

        pas de façon à avoir ton propre carnet des mots de vocabulaire.

        II. Lecture et compréhension du texte

        Activité 1:

        Lis le texte et puis réponds aux questions suivantes:

        1. Quel est le thème du texte?

        2. Peut-on reconnaître un pédophile ou une pédophile par des

        signes extérieurs?

        3. Comment agissent les pédophiles pour se rapprocher des

        enfants à abuser?

        4. Quelles sont les conséquences de la pédophilie sur les

        enfants qui en subissent?

        5. Comment est-ce que les réseaux sociaux, ou bien le

        téléphone, peuvent entraÎner les enfants dans la pédophilie?

        6. Qu’est-ce qu’il faut faire si une personne essaye de te toucher

        sur les parties intimes?

        III. Lecture-entraînement

        Activité 1:

        Dans un groupe de deux ou trois, lisez ce texte à haute voix et

        à tour de rôles. Chaque élève lit une séquence du texte et ses

        camarades écoutent attentivement

        Activité 2:

        Deux à deux: Articuler correctement les expressions nouvelles

        en respectant l’intonation. Je pointe sur un mot, ou groupe de

        mots, et tu les lis à haute voix.

        (a) Irréversibles.

        (b) Proxénètes.

        (c) Prédateurs sexuels.

        (d) Attouchements inappropriés

        Activité 3:

        Expression écrite:

        Auto-dictée: Lis attentivement cette phrase, ferme le livre,

        écris-la dans ton cahier. Vérifie ta réponse:

        Avec le progrès de la communication, les enfants doivent éviter

        de trop communiquer avec des personnes adultes qui sont

        inconnues de leurs parents.

        Activité 4:

        Expression orale:

        1. Raconte brièvement ce qui est dit dans le texte.

        2. Sujet de discussion et débat en classe:

        Est-il strictement interdit pour un enfant, ou un adolescent,

        d’avoir pour ami une personne adulte?

        3.4 Le discours direct et le discours

        indirect

        À la découverte du discours indirect

        Jeux de rôles:

        f

        Voulez-vous jouer avec nous? – Qu'est-ce qu'il demande?

        Il demande si nous voulons

        jouer avec eux.

        Activité 1:

        h

        l

        Activité 2:

        2. Qu’est-ce que vous constatez?

        Activité 3:

        3. Quels sont les changements qui ont été opérés en passant

        du discours direct au discours indirect?

        Je retiens que:

        On parle de "discours rapporté" quand une personne rapporte

        les paroles d’une autre personne ou bien ses propres paroles.

        Il y a deux types de discours rapporté: le "discours rapporté

        direct" et le "discours rapporté indirect".

        • Au discours "apporté direct" on rapporte les paroles

        d’une autre personne, ou bien ses propres paroles, sans

        rien changer.

        • Au discours indirect, il ne s’agit plus de reproduire le plus

        fidèlement possible l’énoncé prononcé par quelqu’un. Il

        faut introduire la phrase au discours indirect par une

        proposition principale (déclarative ou interrogative

        indirecte) du type:

        (a) Je dis que...

        (b) Il répondit que.

        (c) Il a affirmé que...

        (d) Elle a déclaré que...

        (e) Nous répétons que...

        (f) On annonça que, etc.

        Les verbes introducteurs du discours indirect sont appelés les

        verbes du type “dire” car “dire” est le verbe de déclaration le

        plus commun, mais il en existe bien d’autres: affirmer, ajouter,

        annoncer, apprendre, assurer, avouer, confirmer, constater,

        déclarer, entendre, dire, expliquer, faire remarquer, informer,

        jurer, préciser, prévenir, promettre, raconter, répondre, etc.

        Les changements opérés en passant du discours direct au

        discours indirect:

        1. Le discours direct ou le discours indirect:

        Les paroles sont rapportées, encadrées de guillemets (“....”),

        comme elles ont été prononcées; on place deux points (:) après

        le verbe introducteur: dire, déclarer, répondre, demander, etc.

        2. Le discours indirect:

        Les paroles sont rapportées dans une proposition subordonnée.

        On ne trouve plus les signes de ponctuation comme dans le

        discours direct.

        • Les guillemets et les deux points (:) disparaissent et

        sont remplacés par “que” ou “si”.

        • L’emploi de “que” est obligatoire devant chaque verbe

        employé (donc devant chaque nouvelle proposition

        subordonnée) (Par exemple: Il a dit qu’il allait mieux et

        qu’il allait pouvoir partir).

        • L’emploi de “si” se fait quand la question posée est

        fermée (c’est-à-dire qu’on ne peut répondre que par

        oui” ou par “non” à cette question).

        • Les pronoms interrogatifs (quand, comment, où,

        pourquoi, qui...) sont maintenus (mais jamais suivis de

        l’inversion sujet/verbe).

        Est-ce que devient ce que.

        Exemple: Il demande: “Qu’est-ce que c’est?” Devient: Il

        demande ce que c’est.

        • Les pronoms personnels et les adjectifs possessifs

        changent et prennent la forme de la personne à laquelle

        ils se rapportent.

        • Si au discours direct, on a un impératif, on peut le

        transformer au discours indirect en un infinitif:

        • Il dit: “Revenez dans un instant”: Il dit de revenir dans

        un instant = il dit qu’il faut revenir dans un instant.

        Les pronoms personnels

        ;

        Généralement, on modifie le verbe introducteur pour le rendre

        plus proche du sens: Il demande de revenir dans un instant.

        Si le sujet du verbe principal et celui du verbe subordonné sont

        identiques, on peut utiliser un infinitif à la place de la proposition

        subordonnée:

        Exemple: Agnès a dit qu’elle était contente = Agnès a dit être

        contente.

        Le choix du verbe introducteur est important, car il apporte une

        nuance particulière au récit:

        Exemple:

        Il a dit qu’il en avait assez. (dire = simple verbe déclaratif,

        neutre)

        Il a crié qu’il en avait assez. (crier = nuance de colère; le verbe

        témoigne de l’état d’esprit de l’interlocuteur)

        Exemple: Où vas-tu?

        • Il veut savoir où je vais.

        • Il voulait savoir où j’allais.

        Donne-moi mon livre!

        • Il m’ordonne de lui donner son livre.

        • Il m’ordonna de lui donner son livre.

        • Il exige que je lui donne son livre.

        • Il exigea que je lui donne son livre.

        Activité 1:

        Transforme les phrases du discours direct au discours indirect.

        1. David dit: “Le groupe de touristes vient de partir.”

        2. Philippe avoue: “J’ai rendez-vous avec Laureen à deux

        heures.”

        3. Paul dit: “Téléphone-moi dès que tu arrives!”

        4. Charlotte déclare à Simon: “Je t’aimerai toujours!”

        5. Mes amis disent: “Nous ne savions pas que tu venais!”

        Activité 2:

        Remplace le verbe “dire” par l’un des verbes suivants: affirmer,

        apprendre, conseiller, prévenir, promettre.

        1. Monica m’a dit de ne pas parler à son voisin.

        2. Kagabo a dit qu’il allait venir pour mon anniversaire.

        3. On m’a dit de faire attention aux pickpockets dans la gare.

        4. Elle m’a dit qu’elle avait bien téléphoné pour annuler sa

        commande!

        5. J’ai rencontré Kamariza dans la rue, et elle m’a dit qu’elle

        partait vivre à l’étranger.

        Questions directes >< questions indirectes

        À la découverte des questions directes >< questions

        indirectes

        l

        Jeu de rôles

        A: Tu veux un bonbon?

        C: Qu’est-ce qu’il demande?

        B: Il demande si tu veux un bonbon.

        Quels sont les changements que vous opérez en passant de la

        question directe à la question indirecte?

        Ce que nous remarquons:

        ;l

        l

        La concordance des temps

        À la découverte de la concordance des temps du discours

        direct au discours indirect.

        Lis attentivement ce texte et puis effectue l’activité qui

        suit:

        Texte: Une enquête

        Le capitaine de l’équipe raconte au chef de leur classe ce qui

        s’est passé dans la cour pendant la récréation: Aujourd’hui,

        pendant la récréation, nous avons joué au football dans la cour.

        Tout à coup, l’un d’entre nous a tiré le ballon. Le ballon s’est

        envolé et a cassé une fenêtre! À ce moment, j’ai demandé à

        Thomas: “Qui a tiré le ballon?”

        Thomas a répondu: “C’est Jean.” Jean a dit: “Ce n’est pas moi,

        c’est Pierre.” Pierre a nié: “Ce n’est pas moi.” Je leur ai dit:

        “Demain, la maîtresse fera une enquête.”

        Le lendemain, la chef de classe raconte à l’enseignante ce qui

        s’est passé dans la cour pendant la récréation.

        Activité 1:

        Prend le rôle de la chef de classe et raconte ce qui s’est passé:

        Le capitaine de l’équipe m’a dit qu’ hier….,

        Activité 2:

        Complète ce tableau pour montrer comment les mots ou les

        phrases suivantes ont changé en passant du discours direct au

        discours indirect:

        x

        Activité 3:

        Qu’est-ce que tu pourrais conclure après avoir observé ces

        changements?

        Je retiens que:

        l

        l

        l

        l

        y

        l

        k

        Activités d’application

        Lis attentivement les textes suivants et puis fais les

        activités qui s’en suivent.

        Texte: Demande de congé

        Mutesi a demandé à son patron si elle pouvait prendre un jour de

        congé la semaine prochaine, mais il lui a répondu que cela n’était

        pas possible. Elle a insisté mais il n’a pas cédé. Il lui a rappelé

        qu’elle avait déjà pris des jours le mois précédent, et qu’il y avait

        d’autres collègues qui aimeraient bien prendre des congés et qui ne

        le faisaient pas. Elle n’était pas contente et a conseillé à son chef

        d’arrêter de lui faire la morale. Elle a affirmé qu’elle avait très bien

        compris avant de retourner à son poste.

        Activité 1:

        Transforme ce récit en dialogue.

        Activité 2:

        Rapporte au passé les questions de la collègue de Mutesi, en

        introduisant par:"La collègue de Mutesi lui a demandé:"

        (a) Combien de jours de congé est-ce que tu as déjà pris?

        (b) Pourquoi as-tu insisté après qu’il t’a dit que ce n’était pas

        possible?

        (c) Quel jour voulais-tu être en congé?

        (d) C’est indiscret mais... pourquoi voulais-tu être en congé?

        (e) Est-ce que tu n’as pas eu peur qu’il te renvoie pour

        insolence?

        Activité 3:

        Choisis la bonne réponse parmi celles qui sont entre parenthèses.

        (a) Il avait déclaré qu’il avait travaillé (aujourd’hui/ ce jour

        là).

        (b) Elle dit aux apprenants: “Entrez.” = Elle dit aux

        apprenants (qu’ils entrerons/d'enter).

        (c) Je me demande (où ai-je garé/ où j'ai garé) ma voiture.

        (d) Mon chef m’a demandé comment vont vos enfants/

        comment vont tes enfants.

        (e) Il m’a demandé ( quelle heure est-il/ l'heure qu'il était).

        (f) Dis-moi (qu’est-ce que tu as fait hier/ ce que tu a fait

        hier).

        (g) Elle avait (dit qu’elle vient demain/ dit qu’elle allait venir

        lendemain).

        (h) Expliquez-nous (ce que vous est arrivé /ce qui vous est

        arrivé).

        (i) Il racontait toujours (qu’il a travaillé/ qu'il avait travaillé)

        dans cette entreprise pendant trente ans.

        Adverbes interrogatifs du discours direct au

        discours indirect

        À la découverte des changements d’adverbes interrogatifs

        du discours direct au discours indirect:

        Jeu de rôles

        Activité 1:

        Jouez ce dialogue entre A et B.

        A: Où allez-vous?

        B: Qu’est-ce que tu demandes?

        A: Je voudrais savoir où vous allez.

        B: Euh! Ça alors. Je vais à l’école bien sûr?

        A: Quand Kamana viendra-t-il?

        B: Qu’est-ce que tu demandes?

        A: J’aimerais savoir quand Kamana viendra.

        B: Bon! Euh! Je ne sais pas.

        A: Pourquoi Kamari est-il parti avant l’heure?

        B: Qu’est-ce que tu demandes?

        A: Je demande pourquoi Kamari est parti avant l’heure.

        B: Il était pressé sans doute!

        Activité 2:

        Quels sont les changements qui sont opérés quand A répète la

        question posée?

        Je retiens que:

        Les adverbes interrogatifs changent comme suit quand on

        passe de l’interrogation directe à l’interrogation indirecte.

        y

        l

        l

        Activités d’application

        Activité 1:

        Mets au discours indirect

        1. Elle ajouta: “Elle est très gentille.”

        2. “Comment tu t’appelles,” me demande le professeur.

        3. “Que voulez-vous?” m’avait demandé le commerçant.

        4. “Viendras-tu avec nous à la plage”, me demanda Chantal.

        5. “Suivez son exemple,” disait notre professeur.

        6. “Je ne veux pas de cet argent,” avais-je ajouté.

        7. “Je m’étais perdu,” lui racontai-je, pour expliquer mon

        retard.

        8. “J’ai épousé la fille de mon patron,” ai-je déclaré à mon ami.

        9. “Pars avant que je ne change d’avis,” cria mon père.

        10. “Tu as trop de travail,” me dit-il.

        Activité 2:

        Mets les phrases suivantes au discours rapporté, avec les

        verbes introducteurs au passé

        1. Il nous a demandé: “Elle pourra partir demain soir?”

        2. Elle m’a assuré: “Je le ferai demain.”

        3. La mère nous a demandé: “Vous pouvez ouvrir la fenêtre?”

        4. Ils nous ont assuré: “C’est certain, nous ne pourrons pas y

        aller.”

        5. Ils ont promis: “Nous ferons attention la prochaine fois.”

        6. La serveuse nous a demandé: “Qu’est-ce que vous prendrez?”

        7. Est-ce que vous êtes allés au cinéma avant-hier? (Il a voulu

        savoir)

        8. Hier, j’avais mal au ventre, mais aujourd’hui, je vais mieux,

        a-t-il déclaré.

        9. Je serai candidate aux élections (Elle a annoncé).

        10. Qu’étudies-tu? (Elle lui a demandé).

        3.5 Les homonymes

        À la découverte des homonymes:

        Texte: Le jeu de football

        i

        Le dimanche passé, nous avons assisté a un match trés interessant.

        Les onze de l’Equipe National jouaient contre une équipe étrangère

        sur le Stade Amahoro de Remera.

        Avant le match, les joueurs chantent en choeur les hymnes natinaux

        de leurs pays respectifs à plein coeur. Tout à coup, un arbitre tout

        court siffle et le match commence. Sur le terrain, le jeu est trés

        dynamique. Les spectateurs acclament et crient. Mais à un moment

        donné, l’un de nos joueurs donne à son advesaire un coup de coude

        sur le cou. Il tombe dans la cour. L’arbitre tout court cours pour voir

        ce qui se passe. Les différents joeurs commencent à discuter et se

        disputer.

        Le match s’ arrête pour plus de dix minutes avant de recommencer.

        Malheureusement, à l’issue du match, notre équipe a été dominée

        par deux contre un.

        Activité 1:

        Lis attentivement ce texte, et puis à l’aide de ton dictionnaire,

        touve la différence entre ces mots:

        1. Choeur et coeur

        2. Coup, coud et cou

        3. Court, cour et cours

        4. Discuter et se disputer

        Activité 2:

        En observant la façon dont ils sont écrits, leur prononciations

        et leur sens, quelle est la conclusion pourriez-vous en tirer?

        Je retiens que:

        Un homonyme, c’est un mot qui présente la même forme

        graphique (homographe) ou phonique (homophone) qu’un

        autre, mais qui en diffère par le sens.

        l


        Activité 1:

        Trouve le mot approprié.

        1. Les employés sont (sensés/censés) faire approuver leurs

        congés avant de les prendre.

        2. La patronne de Jean applique des méthodes de gestion

        (censées/sensées) contribuer au bon fonctionnement de

        l’équipe.

        3. Ce contrat contient des (vis/vices) qui en annulent la validité.

        4. Le nouveau règlement porte le (sceau/ seau/ sot) du ministère

        de la Justice.

        5. Il n’y a pas de (seau/sot/sceau) métier.

        Activité 2:

        Trouve le mot approprié.

        1. Les enfants sont (sensés/censés) revenir à la maison après

        l’école.

        2. J’aime prendre l’(ère, aire, air) après le dîner.

        3. Je crois que (ces, c’est, ses) l’heure de partir.

        4. Les fruits (murs/ mûrs/mûres) ont bien meilleur goût.

        5. Il vient d’utiliser le dernier (filtre/philtre) à café.

        6. Le directeur souhaite que le document soit (près/prêt) pour

        la réunion de lundi matin.

        7. Le nouvel employé est loin d’être (saut/seau/sceau/sot).

        8. Ma collègue a (butté/buté/butée/buttée) sur cette difficulté.

        9. Il est important de se constituer un (font/fonds/fond) de

        pension afin de vivre une retraite agréable.

        10. Mon amie a les yeux (paires/pairs/pers/pères).

        3.6 Les paronymes

        À la découverte des paronymes

        Lis cet extrait de texte et donne tes observations sur les

        mots en gras

        Texte: Il ne faut pas marauder

        l

        k

        Je retiens que:

        Les paronymes, ce sont des mots de sens différents mais de

        formes relativement voisines:

        Exemples: “conjecture” et “conjoncture”, “collision” et

        “collusion”, …

        Ce sont des mots qui se ressemblent sans être identiques: il ne

        faut pas les confondre avec les homonymes.

        Les noms pomme (fruit) et paume (de la main), sont des

        paronymes car ils s’écrivent presque de la même façon (une

        différence sur deux lettres à peine): et se prononcent presque

        de la même façon (pomme se prononce avec un [o] ouvert, ce

        qui n’est pas le cas de paume).

        D’autres exemples:

        1. affluance/ influence

        2. préposition/ proposition

        3. justice/ justesse

        4. altitude/attitude

        5. éruption/irruption

        6. émigrer/ immigrer

        Activité d’application:

        Activité 1:

        Choisis le mot qu’il faut pour compléter la phrase:

        1. En été nous constatons une nette …………des touristes.

        (influence/affluence)

        2. Cette fille a une bonne ……………………… sur son amie.

        (influence/affluence)

        3. Une ……. glaciale souffle sur la plaine en hiver. (bise/brise)

        4. La ………………… marine est douce et agréable ce matin.

        (bise/brise)

        5. Il faut ………………… cette plaie, avant qu’elle ne s’infecte.

        (désaffecter/désinfecter)

        6. Ce hangar ………..ne sert plus depuis longtemps.

        (désinfecté/désaffecté)

        7. En hiver, les hirondelles …………vers les pays chauds.

        (migrent/immigrant)

        8. Beaucoup d’étrangers ……………………. en France.

        (migrent/immigrent)

        9. Certains champignons peuvent être ……………..

        (venimeux/vénéneux)

        10. Il faut se méfier des serpents (vénéneux/venimeux.)

        11. Un volcan de l’île est entré en ……. il y a une semaine.

        (irruption/ éruption)

        12. Les élèves ont fait ……………… dans la classe de

        mathématiques. (éruption/irruption)

        13. Le voleur est entré par ……..chez les voisins cette nuit.

        (Infraction/effraction)

        14. Ce chauffeur a fait une ……….. il va être verbalisé.

        (Infraction/effraction)

        15. Cette blessure est ………, il faut la nettoyer. (infestée/

        infectée)

        16. Cette région est ……………. de moustiques. (infectée/

        infestée)

        17. L’ ………………….. de ce prisonnier s’est soldée par un

        échec. (évasion/invasion)

        18. L’ ……………………………. de la Gaule par les Romains

        est au programme scolaire. (évasion/invasion)

        3.7 Phonétique: La consonne /x/ et ses

        différentes prononciations

        À la découverte des différentes prononciations de la lettre

        “x”

        Comptine: Le X exagère

        Le X, quelle lettre complexe!

        Juste une croix à dessiner avec l’index,

        Mais pour ce qui est des sons,

        Nous repasserons.

        Grâce à ses explications,

        Ses exemples et ses exercices,

        Il a toujours un excellent dix sur dix!

        Mais il n’est que le deuxième,

        Car le premier c’est MOI!

        http://ekladata.com

        I. Lis le titre et imagine de quoi parle le texte

        II. Lecture et explication du texte

        Activité 1:

        Trouve le sens des mots suivants dans le dictionnaire:

        (a) complexe

        (b) l’index

        (c) excellent

        II. Lecture et analyse du texte

        Activité 2:

        Relève dans cette comptine les mots contenant la lettre x et

        puis groupe ceux qui se prononcent de la même façon.

        Les différentes prononciation de /x/

        Je retiens que:

        1. La lettre x se prononce [ks]:

        (a) lorsqu’elle est à l’intérieur d’un mot.

        (b) lorsque le préfixe ‘ex’ est suivi d’une consonne.

        (c) à la fin des mots en ‘ax’, ‘ex’, ‘inx’, ‘ynx’, ‘ox’ et de

        certains mots en ‘ix’ ou ‘yx’.

        Exemple: Taxi, texte, boxeur, oxygène, auxiliaire, excellent,

        expédier, externe, extra, lynx, sphinx, fax, box.

        2. La lettre x se prononce [gz] lorsque le préfixe ‘ex’ est suivi

        d’une voyelle ou d’un ‘h’ muet.

        Exemple: Exact, exagérer, exercice, exemple, exiger, exister,

        exode, exotique, exubérant, exulter, exhiber, exhorter.

        La lettre x se prononce [ks] ou [gz]: pour beaucoup de mots

        commençant par X.

        Exemple: xénophile, xylophone

        3. La lettre x se prononce [s] dans “six”, “dix”, “dix-sept”,

        “dix-neuf” et les mots de la famille de soixante.

        Exemple: Six, dix, dix-sept, soixante, soixantième, soixante-dix.

        4. La lettre x se prononce [z] dans les mots dérivés de deux,

        six, dix: deuxième, deuxièmement...

        Exemple: Deuxième, sixième, dixième, dix-huit

        5. La lettre x ne se prononce pas:

        (a) à la fin des mots se terminant par -eux.

        (b) à la fin des pluriels irréguliers des mots en -ou, -au,

        -eau, -al, -ail.

        (c) à la fin d’un certain nombre de mots: époux, perdrix...

        Exemple: heureux, amoureux, ceux, creux, mieux, chevaux,

        vitraux, hiboux, flux, choix, faux, prix, paix, houx.

        Les capacités acquises à la fin de ce troisième contexte:

        • L’apprenant peut communiquer oralement et par écrit

        dans les situations en rapport avec la jeunesse face aux

        défis actuels.

        • Utiliser correctement la conjugaison au subjonctif.

        • Utiliser correctement le discours direct et le discours

        indirect.

        • Identifier et utiliser correctement les paronymes.

        • Prononcer correctement la lettre x.

        3.8 Évaluation des compétences à la fin

        du troisième contexte

        Texte: Les difficultés de la jeunesse actuelle

        L’adolescence est souvent une période agitée. Chaque jour, les

        jeunes subissent des pressions de la part de leurs camarades.

        Ils sont aussi soumis à l’influence constante de la télévision, du

        cinéma, de l’industrie, de la musique et de l’internet.

        Malheureusement, les jeunes manquent souvent d’expérience

        pour gérer ces pressions de façon constructive. Sans une direction

        appropriée, ils peuvent facilement adopter des comportements

        destructeurs: la consommation de drogues commence souvent à

        l’adolescence, ou au début de l’âge adulte.

        Il en va de même d’autres formes de mauvaise conduite, comme la

        violence ou le vagabondage sexuel.

        L'autre ménace pour le bien-être des adolescents, est que souvent,

        les jeunes dont les parents travaillent, sont livrés à eux-mêmes

        pendant de longs moments. Qui dit manque de surveillance de la

        part des parents, dit porte ouverte aux dangers de toutes sortes

        contre les enfants. Les parents sont prisonniers d’une société

        matérialiste, trop axée sur la réussite. Ils y laissent une somme

        d’heures de travail tel qu’ils ne trouvent pas le temps de faire ce

        qui est nécessaire pour se rapprocher de leurs enfants. Ainsi, les

        enfants manquent de règles ou de conseils pour les guider.

        En plus, les jeunes actuels passent beaucoup de temps par jour

        devant un écran de télévision ou d’ordinateur. Étant donné qu'il

        existe un lien entre la violence dans les médias et le comportement

        agressif de certains enfants, la violence à l’écran produit une société

        plus violente. Or, bon nombre de clips vidéo sont crus et obscènes.

        Les paroles violentes contenues dans les chansons encouragent les

        pensées et les sentiments agressifs. Les adolescents qui regardent

        fréquemment les scènes de sexe et de violence présentés dans les

        vidéos risquent davantage d’adopter eux-mêmes ces comportements.

        Ils sont susceptibles de frapper un professeur, d’être arrêtés et

        d’avoir plusieurs partenaires sexuels.

        Depuis quelques années, l’ordinateur exerce une action puissante

        sur les jeunes esprits. Jamais les jeunes n’ont eu autant accès

        à l’information, ce qui est une bonne chose s’ils y recourent de

        manière responsable et sous la surveillance des adultes.

        Mais, beaucoup trop de parents laissent leurs enfants utiliser

        l’ordinateur à leur guise.

        Sans surveillance, les jeunes internautes peuvent être exposés à

        la pornographie. Et ce n’est pas là le seul danger. “Nos enfants se

        font des amis à l’école et dans le cyberespace. Ils passent donc du

        temps avec des personnes que, dans la plupart des cas, nous ne

        pouvons pas rencontrer.”

        De toute évidence, les jeunes d’aujourd’hui rencontrent des

        problèmes que les générations passées n’ont pas connus. Il n’est

        donc pas étonnant que nombre d’entre eux aient un comportement

        inquiétant.

        Les conséquences sont très nombreux. Parmi elles, il y a

        l’accroissement des problèmes de santé, comme les maladies,

        les blessures et les dommages physiques, ou la mort. Il y a aussi

        des problèmes personnels, notamment la perte de motivation, la

        dépendance physique ou psychologique et les problèmes au travail

        ou à l’école. Nous ne pouvons pas passer sans parler de problèmes

        familiaux, notamment les relations tendues ou malheureuses et

        l’éclatement de la famille. Pour terminer, évoquons des problèmes

        sociaux tels que l’augmentation de la criminalité, le risque accru de

        consommation grave de drogues plus tard dans la vie, de violence,

        de relations sexuelles non planifiées ou non protégées, et de la

        condamnation pour possession ou vente de drogues. Il risquent des

        peines d’emprisonnement, et, pour eux, les possibilités de gagner

        un emploi sont limitées. Évitons donc tous ces risques pour mieux

        vivre.

        I. Donne le sens des mots suivants

        1. Être agité

        2. Subir des pressions

        3. Comportements destructeurs

        4. Le vagabondage sexuel

        5. Une société matérialiste

        6. Les internautes

        7. La pornographie

        8. Le cyberespace

        II. Questions de compréhensions

        (a) Pourquoi est-ce que l’adolescence est une période agitée?

        (b) Quelles sont les différentes menaces pour le bien-être des

        adolescents?

        (c) Quelle sont les dangers qui guettent les jeunes

        internautes?

        (d) Quelles sont les conséquences de l’internet et des

        conditions de vie que traversent les jeunes actuels?

        (e) Penses-tu qu’il faut limiter l’accès des jeunes à l’internet

        pour éviter les mauvaises influences qu’il exerce sur eux?

        III. La conjugaison au subjonctif: Mets les verbes en gras

        à la forme indiquée

        1. Nous souhaitons que notre équipe (battre, subjonctif

        présent) l’équipe adversaire.

        2. Je souhaite que vous (avoir, subj. présent) confiance en

        moi.

        3. Appelle-nous pour que nous (faire, subj. présent) cette

        exercice ensemble.

        4. Il faut que la faim (s’arrêter, subj. présent) dans le monde.

        5. Je souhaite que toutes les personnes (vivre, subj. présent)

        en paix.

        6. Que personne ne (mourir, subjonctif présent) pendant les

        conflits entre les gens.

        7. Il faut que les enfants (naître, subj. Présent) dans de bonnes

        conditions.

        8. (Être, impératif présent, deuxième personne du pluriel)

        tous des artisans de la paix.

        9. Il faut que tous les enfants (être éduqué, subjonctif présent),

        sans aucune discrimination.

        10. Il faut que nous (lutter, subj. Présent) tous contre le génocide

        et son idéologie.

        IV. Le discours direct et le discours indirect

        1. Dis si les affirmations ci-dessous sont vraies ou fausses.

        (a) Le discours rapporté peut être “direct” ou “indirect”.

        (b) Il y a toujours des guillemets pour encadrer les paroles

        au discours indirect.

        (c) “Expliquer”, “vouloir dire”, “affirmer”, etc. sont utilisés

        pour introduire les paroles rapportées.

        (d) Si le verbe introducteur est au présent ou au futur, on ne

        change pas le temps du verbe de la phrase subordonnée.

        (e) Un verbe à l’impératif devient de + infinitif au discours

        indirect.

        2. Transpose les phrases suivantes au discours indirect.

        (a) Kabanyana: “Je suis malade!”

        (b) Kabanda: “Pourquoi Mahoro pleure-t-elle?”

        (c) Les enfants: “Un jour, nous serons grands.”

        (d) J’ai répondu: “Cela me fait plaisir!”

        (e) Rukundo a affirmé: “Je suis bonne en maths.”

        (f) Ma soeur me demande tous les jours: “Veux-tu jouer aux

        cartes?”

        (g) La maman demande à l’enfant: “T’es-tu lavé les mains?”

        V. Les homonymes

        Choisis le mot qui convient parmi ceux qui sont entre

        parenthèses pour compléter la phrase:

        1. À l’école, les enfants jouent dans la ………….. de récréation.

        (cours/cour/court.)

        2. Les enfants assistent au ……. de musique. (cours/cour/

        court.)

        3. Pour se rendre à l’école il prend le chemin le plus ……

        (cours/cour/court)

        4. Il a une grande ........ dans ce projet. (Foi/foie/fois)

        5. Je mange du ….de veau quand j’en trouve au marché. (foi/

        foie/fois)

        6. Nous sortons une ……. de plus avec ce couple. (foi/foie/

        fois)

        7. J’ai un …….. de ventre terrible, je vais me coucher. (malle/

        male/mal)

        8. J’ai mis mes affaires dans une vieille …........... (malle/

        male/mal)

        9. Le coq est le ….. de la poule. (malle/male/mal)

        10. Ne penser qu’à …. n’est pas idéal pour développer les

        relations. (soi/soie/soit)

        11. J’ai mis un foulard de …… pour sortir. (soi/soie/soit)

        12. Quoi qu’il en …… je m’en moque complètement. (soi/soie/

        soit)

        Questions orales:

        Lis correctement ces mots contenant la lettre x:

        examen, hiboux, texte, chevaux, soixante, auxiliaire, excuse,

        dix, deuxième, hexagone, oxygène, les yeux, exagérer, exhumer,

        explication, exiger, paix, oxygène, prix, auxiliaire, creux, excellent,

        choix, externe, extra, box, exagérer, expédier, exercice, heureux,

        exemple, exode, fax, exotique, exubérant, exulter, exhiber,

        exhorter, amoureux, taxi, ceux, exact, mieux, exister, flux, faux,

        boxeur.

        3.9 Jeux et textes à lire à plaisir

        Devinette inversée

        l

        Logique et humour

        1. L’institutrice demande à un élève:

        • Quand je dis “il pleuvait”, de quel temps s’agit-il?

        • D’un sale temps, Madame!

        2. Une élève qui rentre chez lui, annonce très joyeusement à

        sa mère:

        • Maman, tu devineras jamais, mais je suis meilleure que

        la maîtresse.

        • Ah oui! Pourquoi?

        • La maîtresse est restée dans la même classe, et moi, je

        suis montée dans la suivante!

        3. Un élève revient de l’école avec son bulletin. Des zéros

        partout.

        • Quelle excuse vas-tu encore me donner? Soupire sa

        mère.

        • Eh bien! J’hésite entre l’hérédité et l’environnement

        familial.

        4. À l’école.

        • Jean, avoue que ton frère t’a aidé à faire ton devoir!

        • Ben, non Monsieur, je vous jure!

        • C’est bien vrai? Sûr?

        • Oui, j’en suis sûr. Il l’a fait tout seul.

        5. C’est un élève qui rencontre un camarade sur le chemin de

        l’école et lui dit:

        • Je vais avoir un zéro en math!

        • Tu en es sûr?

        • Aussi sûr que 2 et 2 font 5!

        3.10 Poèmes, comptine et chants à

        mémoriser et à dramatiser pour

        affiner votre expression orale:

        A ma mère

        A ma mère

        Femme noire, femme africaine,

        Ô toi ma mère, je pense à toi.

        Ô Dâman, ô ma mère, toi qui me portas sur le dos,

        Toi qui m’allaitas, toi qui gouvernas mes premiers pas,

        Toi qui, la première, m’ouvris les yeux aux prodiges de la

        terre, Je pense à toi…

        Femme des champs, des rivières, femme du grand fleuve,

        Ô toi, ma mère, je pense à toi…

        Ô toi Dâman, ô ma mère, toi qui essuyais mes larmes,

        Toi qui me réjouissais le coeur, toi qui, patiemment,

        supportais mes caprices,

        Comme j’aimerais encore être près de toi, être enfant près

        de toi !

        Femme simple, femme de la négation,

        ma pensée toujours se tourne vers toi…

        Ô Dâman, Dâman de la grande famille des forgerons,

        ma pensée toujours se tourne vers toi.

        La tienne à chaque pas m’accompagne, ô Dâman, ma mère,

        Comme j’aimerais encore être dans ta chaleur,

        être enfant près de toi!

        Femme noire, femme africaine,

        ô toi ma mère, merci pour tout ce que tu fis pour moi, ton

        fils,Si loin, si loin, si près de toi!

        Je t’aime,

        Je t’aimais,

        Je t’aimerais toujours!

        Camara Laye, “L’enfant noir”.

        Liberté

        Sur mes cahiers d’écolier

        Sur mon pupitre et les arbres

        Sur le sable sur la neige

        J’écris ton nom…

        Sur les merveilles des nuits,

        Sur le pain blanc des journées

        Sur les saisons fiancées

        J’écris ton nom.

        Sur tous les chiffons d’azur

        Sur l’étang soleil moisi

        Sur le lac lune vivante

        J’écris ton nom.

        Sur les champs sur l’horizon

        Sur les ailes des oiseaux

        Et sur le moulin des ombres

        J’écris ton nom.

        Sur les sentir éveillés

        Sur les routes déployées

        Sur les places qui débordent

        J’écris ton nom.

        Sur l’absence sans désir

        Sur la solitude nue

        Sur les marches de la mort

        J’écris ton nom.

        Sur la santé revenue

        Sur le risque disparu

        Sur l’espoir sans souvenir

        J’écris ton nom.

        Et par le pouvoir d’un mot

        Je recommence ma vie

        Je suis né pour te connaître

        Pour te nommer

        Liberté.

        Paul Éluard, Poésie et vérité, 1942, Ed. de Minuit.

        Hymne à la joie (hymne européen)

        Joie discrète, humble et fidèle

        Qui murmure dans les eaux

        Dans le froissement des ailes

        Et les hymnes des oiseaux.

        Joie qui vibre dans les feuilles

        Dans les prés et les moissons

        Nos âmes blanches t’accueillent

        Par de naïves chansons.

        Tous les hommes de la terre

        Veulent se donner la main

        Vivre et s’entraider en frères

        Pour un plus beau lendemain,

        Plus de haine, plus de frontière,

        Plus de charniers sur nos chemins

        Nous voulons d’une âme fière

        Nous forger un grand destin

        Que les peuples se rassemblent

        Dans une éternelle foi

        Que les hommes se rassemblent

        Dans l’égalité des droits.

        Nous pourrons tous vivre ensemble

        La charité nous unira

        Que pas un de nous ne tremble

        La fraternité viendra.

        Joie immense, joie profonde,

        Ombre vivante de Dieu

        Abats-toi sur notre monde

        Comme un aigle vient des cieux.

        Enserre dans ton étreinte

        La tremblante humanité

        Que s’évapore la crainte

        Que naisse la liberté

        Joie énorme, joie terrible

        Du sacrifice total

        Toi qui domptes l’impossible,

        Et maîtrises le fatal;

        Joie sauvage, âpre et farouche,

        Cavalière de la mort,

        Nous soufflons à pleine bouche

        Dans l’ivoire de ton cor.

        Joie qui monte et déborde,

        Tu veux nos coeurs? Les voilà.

        Et nos âmes sont les cordes,

        Où ton archet passera

        Que ton rythme nous emporte

        Aux splendeurs de l’Éternel

        Comme un vol de feuilles mortes,

        Que l’orage entraîne au ciel.

        Paroles: Fr. Schiller, J. Folliet: Ludwig Van Beethoven

        Glossaire

        Absorption: action d’absorber: Faire disparaître quelque

        chose comme par assimilation progressive.

        Accoutumance: fait, pour un être animé, de s’accoutumer ou

        d’être accoutumé (à quelqu’ un ou à quelque

        chose.). L’accoutumance c’est le phénomène

        biologique qui permet à l’organisme de

        s’adapter progressivement à certaines

        substances toxiques et à en tolérer des doses

        quotidiennes qui seraient mortelles pour un

        organisme vierge.

        Aller vers ce qui

        m’attend:

        me consacrer à mon avenir.

        Antioxydant: qui a la propriété d’oxyder, de produire une

        oxydation; action chimique d’un corps se

        combinant à l’oxygène pour former un oxydé.

        Attrayant: qui a, qui exerce de l’attrait; qui attire par sa

        manière d’être agréable, séduisante.

        Avoir le mérite: valeur morale procédant de l’effort de quelqu’un

        qui surmonte des difficultés par sens du devoir

        et par aspiration au bien.

        Avouer: reconnaître quelque chose comme vrai.

        Banaliser: rendre banal ne pas accorder la valeur a

        quelque chose.

        Berceau: lit des enfants à la mamelle, fait d’ordinaire

        de telle façon qu’on peut lui communiquer

        un mouvement de balancement. Un enfant

        couché dans son berceau.

        Bravoure: qualité d’une personne qui est brave.

        Calories: unité de mesure servant à évaluer la quantité

        de chaleur dégagée par un corps.

        Canicule: très forte chaleur.

        Capturer: attraper, s’emparer, plus particulièrement en

        temps de guerre, à la chasse ou à la pêche.

        Chaîne

        volcanique:

        la suite de volcans.

        Cholestérol: substance grasse de la classe des stérols,

        se présentant sous forme de cristaux blancs

        nacrés, contenue dans les cellules et les

        liquides de l’organisme, et dont la présence

        en excès dans le sang provoque des troubles.

        Avoir un taux trop élevé de cholestérol dans le

        sang.

        Chute dans le

        noir:

        une descente aux enfers.

        Climat tempéré: qui se tient dans une juste mesure; qui est

        modéré.

        Commémorer: marquer par une cérémonie le souvenir d’une

        personne, d’un acte ou d’un événement.

        Coupe-faim: qui atténue la faim.

        Délinquance: état de celui qui commet un délit:

        Désaltérant: qui calme la soif. Boisson plus désaltérante

        qu’enivrante.

        Douceur: qualité de ce qui est doux, agréable aux sens.

        Drogue: composé chimique naturel ou de synthèse,

        utilisable en thérapeutique; produit

        pharmaceutique.

        Étonnamment: adverbe qui vient de “étonnant”: qui surprend

        par son caractère inattendu ou extraordinaire.

        Excellence: caractère de la chose ou de la personne qui

        manifeste une très nette supériorité dans tel

        ou tel domaine.

        Excès: fait, acte d’aller au-delà de ce qui est permis,

        convenable dans le cadre d’une réglementation

        ou au regard des normes de la morale, de

        l’esthétique ou des convenances sociales.

        Extrême orient: la région de l’est de la terre.

        Faire une

        commission:

        acheter.

        Faune: ensemble des espèces animales vivant dans un

        espace géographique ou un habitat déterminé.

        Fibre: filament souple composant un tissu végétal,

        en particulier le bois, la tige ou les racines de

        certaines plantes.

        Flamme: mélange gazeux en combustion, dégageant

        de la chaleur et généralement de la lumière,

        produit par une matière qui brûle.

        Fléau: grand malheur d’origine naturelle ou humaine

        qui frappe et ravage une collectivité.

        Flore: ensemble des espèces végétales indigènes ou

        dans une région donnée, un milieu donné.

        Folle: qui présente des troubles du comportement ou

        de l’esprit dénotant ou semblant dénoter une

        altération pathologique des facultés mentales.

        Fontaine: eau vive qui vient d’une source et se répand à

        la surface du sol; lieu où surgit cette eau.

        Fructose: sucre isomère du glucose dont la forme

        naturelle qui se trouve dans les fruits mûrs

        sucrés, le nectar des fleurs et le miel.

        Gêné: provoquer (chez quelqu’un) un sentiment de

        confusion, une contenance embarrassée, (le)

        mettre mal à l’aise.

        Géniale: qui relève du génie, qui est la marque du

        génie, qui a les caractères du génie.

        Glucide: substance naturelle ou artificielle composée

        de carbone, d’hydrogène et d’oxygène.

        Héros: personne qui se distingue par sa bravoure, ses

        mérites exceptionnels, etc. Des soldats morts

        en héros. Principal personnage d’une oeuvre

        littéraire, dramatique, cinématographique: Les

        héroïnes de Racine.

        Hibou: rapace nocturne existant sous diverses

        espèces, généralement caractérisé par des

        aigrettes sur le front, un bec crochu, de gros

        yeux ronds tournés vers l’avant, réputé pour

        son cri nocturne.

        Hippopotame: gros mammifère ongulé, herbivore non

        ruminant, amphibie, vivant en Afrique, aux

        petits yeux ronds, aux oreilles très courtes

        et aux membres trapus terminés par quatre

        doigts.

        Hirondelle: oiseau migrateur (Passereaux) au dos

        généralement noir bleuté, au ventre blanc, à

        longues ailes effilées, à queue fourchue.

        Hôtesse: jeune femme chargée d’accueillir, d’informer,

        de guider une personne, un groupe de

        personnes dans une exposition, une ville, une

        gare, une entreprise.

        Inégalable: qu’il est impossible ou difficile d’égaler.

        Innombrable: qu’on ne peut pas compter, très nombreux.

        Irresponsable: qui agit avec légèreté sans mesurer la gravité

        de ses actes. Qui ne peut répondre de ses

        actes.

        Ivre: qui est physiquement et mentalement troublé

        par l’absorption excessive de boissons

        alcoolisées.

        J’ai voulu

        arrêter le

        temps:

        j’ai souhaité que le temps ne passe pas.

        Juvénile: qui se manifeste pendant la jeunesse. Qui

        touche les jeunes, la jeunesse.

        La tempête: les mouvements d’eau qui est secouée par le

        vent dans un lac ou dans un océan.

        Le point

        culminant:

        le plus élevé. Qui atteint le niveau le plus élevé

        par rapport à d’autres.

        Les autres

        synonymes du

        verbe mourir:

        claquer, crever, décéder, disparaître, éteindre,

        exhaler, expirer, passer, périr, succomber,

        trépasser.

        Limpide: clair, pur, transparent; qui est clair.

        Lipide: corps gras d’origine organique (graisse, huile,

        cire) insoluble dans l’eau mais soluble dans

        les solvants des graisses.

        Magnésium: corps simple; métal blanc, brillant, s’oxydant

        facilement, brûlant avec une flamme très

        intense, nécessaire à la croissance et au

        métabolisme de la plupart des organismes

        vivants, et ayant de très nombreuses

        utilisations industrielles ou pharmaceutiques

        sous forme d’alliage ou de composé.

        Malléable: souple, influençable.

        Marais: terrain, généralement de vaste étendue,

        recouvert en permanence d’une nappe d’eau

        peu profonde, où croissent en abondance des

        plantes aquatiques et parfois des arbres.

        Massif: qui est lourd, pesant, solide; Dense, épais,

        opaque.

        Mériter: être digne de récompense par ses talents, par

        ses services.

        Modeler: façonner (un objet) dans une substance

        plastique.

        Modération: éloignement de tout excès dans le luxe ou dans

        les plaisirs, ex: boire avec modération.

        Nerfs: organe récepteur des excitations extérieures

        entraînant des manifestations physiques ou

        psychologiques influençant notablement le

        comportement; constitution nerveuse de

        quelqu’un.

        Oisiveté: état d’une personne qui ne fait rien,

        momentanément ou de façon durable, qui n’a

        pas d’occupation précise ou n’exerce pas de

        profession.

        Phosphore: azote de chaux calciné.

        Plateau: étendue de terrain relativement plane.

        Policer: réglementer, discipliner.

        Pondre: faire, déposer (un ou des oeufs).

        Potassium: métal alcalin mou, extrait de la potasse, blanc

        argenté, très réactif, très oxydable et largement

        répandu dans la nature sous forme de divers

        sels.

        Prostitution: fait pour un individu de l’un ou l’autre sexe, de

        consentir à avoir des relations sexuelles avec

        des partenaires différents, dans un but lucratif

        et d’en faire son métier; activité de ce métier;

        le fait de société qu’il représente.

        Pulvériser: réduire une matière solide ou liquide en

        particules très fines, en poudre ou en bruine.

        Rebelle: qui se révolte contre.

        Ressembler: présenter des traits communs avec quelqu’un/

        quelque chose

        Retombées: conséquence, répercussion; effet, production

        secondaire.

        S’en procurer: faire en sorte qu’une chose se réalise, existe.

        S’éteindre: mourir.

        Satiété: état d’une personne dont la faim est entièrement

        satisfaite, qui est rassasiée jusqu’au dégoût.

        Se dire adieu: se dire au revoir et se séparer pour toujours.

        Se souvenir: se rappeler.

        Sels minéraux: corps constitués de matières inorganiques.

        Français

        Sursauter: faire un mouvement brusque à cause de la

        peur.

        Tabagisme: intoxication aiguë ou chronique de nature

        physiologique et psychique provoquée par

        l’abus du tabac.

        Trancher: mettre fin à une difficulté en faisant un choix,

        en prenant une décision; résoudre une affaire,

        une question de manière définitive.

        Transgression: action de transgresser, de commettre une

        faute.

        Ville balnéaire: une ville située au bord de la mer ou à proximité

        de sources, d'un marais.

        Bibliographie

        • L’Office Pour la Promotion de l’Éducation au Rwanda,

        Programme de Français au Tronc commun, Kigali 2015

        • F.AMAND, Pratique du Vocabulaire et de la Composition

        française, Cours Moyen, Paris Fernand Nathan.

        • Bescherelle, école, Paris, Hatier, 1997.

        • Le Petit Larousse en couleurs, Paris, Casterman-Tournai,

        1995.

        • ARRIVE, M., GADET, F., GALMICHE, M., La grammaire

        française d’aujourd’hui, Paris, Flammarion, 1986.

        • LEON, R. P., Prononciation du français contemporain,

        Paris, Hatier, 1988.

        • BLED, O. et BLED, E, Orthographe. Toutes les règles

        pratiques, Paris, Hachette, 1993.

        Sites internet:

        • http://www.cnrtl.fr/definition

        • www.francaisfacile.com